À la lecture de la définition du “carrefour”, on peut être surpris d’apprendre que les injonctions d’un agent de police sont valables sur tout le carrefour. Et le carrefour est bien la rencontre entre deux ou plusieurs voies publiques. Et justement, le boulevard d’Anvers c’est l’endroit où j’ai fait ma formation de moniteur. Sur le temps du midi, j’ai profité de l’occasion pour demander à mon formateur jusqu’où s’appliquait une injonction d’arrêt de la part d’un agent situé dans un des quatre coins. D’ailleurs, il n’est pas rare d’en voir un pour faire traverser les piétons.

Même si le formateur prétend qu’il a une influence sur toutes les voies que forment ce carrefour, il ne semble pas raisonnable d’appliquer la loi à la lettre. Vu l’étendue de l’intersection, vu le trafic incessant en heures de pointe, vu la complexité de l’aménagement, il est tout bonnement impossible de faire appliquer une telle règle. D’ailleurs, le policier en question se limite à gérer le flux de son côté. Au mieux, il faudrait coordonner plusieurs agents pour rendre leur geste visibles de tous.