Seuls les cas urgents sont autorisés

De manière générale, la bande d’arrêt d’urgence (BAU) ne peut être empruntée. On en voit parfois remonter les embouteillages par la BAU ou quitter prématurément la première bande pour sortir de l’autoroute. Aussi, elle est interdite à l’arrêt et au stationnement. Ce n’est pas l’endroit pour un petit pipi, faire une pause détente, lire sa carte routière, téléphoner ou faire un snapchat. Pour l’anecdote, un journaliste a écopé d’une amende conditionnelle de 500 euros et à un retrait du permis de conduire de 8 jours pour avoir stationné sur la bande d’arrêt d’urgence afin de prendre des photos d’un accident de camions.

Le Code de la route ne liste pas les cas prévus. On parle simplement d’urgence. Un malaise, une panne soudaine, l’éclatement d’un pneu sont des cas imprévisibles et nécessitent de s’extraire des voies de circulation. Pour les autres cas, il appartient à la police d’apprécier les circonstances de l’arrêt.

Les exceptions à la circulation sur la bande d’arrêt d’urgence

Depuis mars 2014, la bande d’arrêt d’urgence a été définie pour permettre à certains véhicules de l’emprunter dans des conditions bien définies par le législateur mais qui ne concerne pas le grand public. C’est ce que précise l’article 9.7:

  • les véhicules prioritaires en mission urgente (et parfois même en sens inverse si l’accident a lieu près d’une sortie)
  • les personnes ou les services requis par le ministère public, la police fédérale ou locale pour se rendre sur le lieu d’un incident qui s’est produit le long de ou sur l’autoroute ou la route pour automobiles, lorsque la circulation est fortement ralentie ou arrêtée
  • les dépanneuses afin de se rendre sur le lieu d’un incident qui s’est produit le long de ou sur l’autoroute ou la route pour automobiles lorsque la circulation est fortement ralentie ou arrêtée

La BAU est donc réservée aux cas d’urgence et pour permettre aux véhicules de secours ou d’intervention d’arriver le plus rapidement sur les lieux. Il est donc primordiale de la laisser libre en permanence. Selon Vias, il est préférable pour les véhicules prioritaires de circuler entre les files de voitures qui doivent s’écarter à leur approche. Cela fonctionne bien dans d’autres pays comme l’Allemagne. Ce sera repris dans le Code de la route de 2021. Cela évitera le risque de blocage sur la BAU.

Dans des cas plus rares, la BAU est utilisée pour la circulation des véhicules des services de transport en commun. Les bus ne peuvent l’emprunter que si l’espace a été prévu à cet effet (marquage, réduction de la vitesse, signalisation). C’est le cas par exemple sur la E411 de Louvain-la-Neuve vers Bruxelles.

Dix conseils pour davantage de sécurité

On entend souvent dire que la durée de vie sur la BAU est de 15 à 20 minutes. En réalité, ce sont les chiffres pour ceux qui ont été victimes d’un accident. On ne connait pas le temps resté par tous ceux qui sont repartis sains et saufs. Quoi qu’il en soit, tout le monde est d’accord pour considérer cette bande comme une zone de danger importante. Elle côtoie la première bande de circulation où circulent les poids lourds. Ils sont volumineux, prennent beaucoup d’espace, rognent parfois sur le marquage routier. De plus, l’aspiration peut vous emporter si vous êtes trop prêt d’eux.

  1. Rangez votre voiture le plus près possible du rail de sécurité.
  2. Activez vos feux de détresse si c’est encore possible.
  3. Avant de sortir du véhicule, enfilez votre gilet fluo.
  4. Faites sortir les éventuels passagers du côté droit et demandez-leur de se tenir derrière le rail.
  5. Quand vous sortez, fixez le trafic. Ne marchez jamais le dos tourné aux voitures en approche.
  6. Placez le triangle de danger à environ 100 m de votre voiture en marchant, si possible, derrière le rail.
  7. Avertissez les services de secours: borne, 112 ou e-call.
  8. Attendez les secours derrière le rail et non dans le véhicule ! Ne restez en aucun cas sur la BAU.
  9. Ne tentez pas de réparer votre véhicule, surtout si c’est un pneu crevé du côté de la circulation.
  10. Si votre véhicule ne démarre plus, faites-le remorquer rapidement. Soit en téléphonant à la police. Soit en faisant appel à une société spécialisée. Pour rappel, le dépannage de fortune n’est plus autorisé.