Carsharing (autopartage)

Très en vogue, le principe du carsharing est de mettre une flotte de voitures en location. Le plus connu en Belgique est Cambio apparu à Bruxelles en 2003. Après l’inscription en ligne et le dépôt d’une participation financière, le membre effectue une réservation au préalable. Il récupère ensuite le véhicule choisi à une station. Les stations sont réparties sur tout le territoire national. En fin d’utilisation, le membre adhérent ramène la voiture à la même station de départ. C’est ce qu’on appel le “round trip” (en boucle). D’autres sociétés agissent selon la même philosophie comme Ubeequo (2016) ou ZenCar (2011) pour les véhicules électriques.

Free floating (flotte libre)

Contrairement au style Cambio, la voiture en location peut être remise à n’importe quel endroit mais dans un périmètre définit. Il n’y a plus d’emplacements réservés. Ce système fonctionne bien dans les agglomérations comme Bruxelles. Le free floating convient pour des petits déplacements rapides et limités. Le tarif est calculé à la minute d’utilisation via une application. L’utilisateur géolocalise un véhicule, avant d’en prendre possession. Après usage, il délaisse le véhicule en voirie. Lorsque le véhicule est géolocalisé et réservé, le client dispose d’un temps limité (généralement 15 minutes, éventuellement prolongeable) et y accède via son smartphone.

On peut citer DriveNow ou ZipCar¹. Ces sociétés font une demande d’agréation à l’agence régionale pour le stationnement (parking.brussels) ou auprès de la commune. Chaque carte de dérogation coûte 25 € par an, reversé à la Région ou la commune. Les utilisateurs peuvent stationner librement leur véhicule sans mettre le disque (zone bleue) ou se rendre à l’horodateur (zone verte, jaune). La zone rouge est le seul endroit où les véhicules doivent alimenter les machines en cas de stationnement temporaire ou stationner ailleurs en fin de session sous peine d’écoper d’une redevance.

Avec DriveNow, ce sont 300 BMW et Mini qui sont proposées à Bruxelles. Le périmètre de prise et dépose du véhicule est actuellement de 59 km², mais le véhicule peut bien entendu se déplacer en dehors de cette zone. ZipCar repose sur le même principe et offre 250 Peugeot 208 à la location, à prendre et à stationner dans 16 des 19 communes de la Région, couvrant 52 km². Un troisième opérateur, Car2go, est susceptible de rejoindre les deux premiers.

¹ En mai 2019, ZipCar Bruxelles a été racheté par Poppy et met à disposition des e-Golf et des Audi A3 g-tron (CNG).

Autres formes de partage

Il existe d’autres modalités de partager un véhicule. Le One way par exemple permet de louer une voiture à un point A et de le déposer à un point B. Cela permet par exemple de faire un trajet aller sans se soucier de ramener la voiture à son point de départ. Il y a également la location traditionnelle d’une voiture comme pour les véhicules de déménagement. Après avoir rempli une fiche d’inscription et payé la caution, la société de location (Dockx Rental par exemple) met à votre disposition une voiture présente dans un large catalogue. Ce sont généralement des locations d’une journée ou plus. Cela permet d’avoir un véhicule à sa disposition dans le cadre d’un événement particulier. Autre possibilité, le co-voiturage entre particuliers. En général, c’est souvent des personnes qui se rendent dans un même lieu à un même moment et qui habitent près les uns des autres. Classiquement c’est le trajet maison/boulot/maison. On peut citer aussi la partage façon Blablacar. Des utilisateurs d’un site web proposent ou demandent un trajet à partager. Enfin, le peer2peer est une alternative intéressante. Un particulier met son véhicule à disposition d’une autre personne moyennant quelques euros.

Et pour les vélos et les cyclos ?

Le carsharing et le freefloating ne se limitent pas aux voitures. On trouve aussi des cyclomoteurs (Scooty), des vélos et même des trottinettes électriques(Troty).