L’article 85 est l’un des plus fouillis du Code. Il concerne la ceinture de sécurité et le dispositif de retenue pour enfants (DRE). La règle générale est simple mais de nombreuses exceptions viennent alourdir la règle. Je vais plutôt aborder la thématique en termes généraux car j’ai déjà abordé les cas particuliers sur ce blog. Pour rappel, une ceinture de sécurité correctement attachée offre une très bonne protection en cas d’accident. Elle réduit le risque de blessure et augmente les chances de survie en cas d’accident grave.

❖ Un bref historique

La ceinture de sécurité a été inventée en 1959 par Volvo. Ce n’est qu’en 1975 que le port est obligatoire à l’avant. De nombreuses personnes ont trouvé à redire notamment la privation de mouvement du passager. Comme toute innovation, il faudra un peu de temps avant de se faire accepter. En 1991, elle devient obligatoire pour les passagers installés à l’arrière. Son action dans la sécurité active réduit considérablement les conséquences des accidents et fait baisser le nombre de victimes sur la route. Heureusement, cette mesure de sécurité est plutôt bien intégrée aujourd’hui puisque plus de 90 % des personnes attachent leur ceinture à l’avant. Un peu plus de 85 % pour les voyageurs à l’arrière.

❖ Quelques précautions pour bien la boucler

La ceinture de sécurité actuelle possède 3 points de fixation. Elle se compose d’une sangle sous-abdominale et d’une sangle diagonale. Le premier réflexe est d’avoir une ceinture correctement réglée en hauteur. La grande majorité des véhicules permettent de faire ce réglage facilement. Un enfant de 1,35 m aura la ceinture bien trop haut par rapport à un adulte de taille moyenne. Raison pour laquelle, même si le Code ne l’oblige pas, il est plus sécurisant de placer l’enfant dans un rehausseur et d’ajuster ensuite la ceinture. La sangle transversale passe par le haut de l’épaule (jamais sous le cou) et  la sangle ventrale passe sur les hanches. Les voitures d’entrée de gamme ont des ceintures fixes et les gabarits sont prévus pour une taille de 1,50 m. Raison pour laquelle, même si un enfant de plus de 1,35 m peut théoriquement mettre la ceinture sans rehausseur, ce n’est pas conseillé.

ceinture de sécurité sans ajustement de la hauteur
ceinture de sécurité sans ajustement de la hauteur

Une ceinture torsadée perd de son efficacité en cas de choc. Il ne doit avoir aucun jeu entre le corps et les sangles. C’est le cas si on est équipé d’une doudoune par exemple. Une fois clipsée, ayez le réflexe de tirer fermement sur la sangle diagonale juste au-dessus du système de bouclage. Cela permet de contrôler si elle est bien attachée mais aussi de l’ajuster correctement. Une ceinture trop lâche risque de provoquer des blessures. En effet, le corps continue de se déplacer ver s l’avant sous l’effet de l’énergie cinétique et est ainsi brusquement freiné par la ceinture de sécurité si une collision se produit.

Un enfant intercalé entre la personne et la ceinture ne sont pas des cas isolés alors que c’est de la folie en termes de sécurité ! On n’attache pas non plus deux enfants avec une même ceinture.

N’essayez pas de réparer ou remplacer une ceinture par vos propres moyens comme on le voit sur Youtube. Il en va de votre sécurité. Les ceintures abîmées, notamment lors d’un accident, sont distendues et doivent être remplacées, de préférence par un spécialiste. Les points d’ancrage devront être également contrôlés.

Comme le stipule la réglementation, la ceinture doit être mise aux places qui en sont équipées. Il existe donc des véhicules sans ceinture et parfaitement conformes. Non pas qu’elles ont été retirées mais elles n’ont tout simplement pas existé à une époque reculée. On pense aux véhicules ancêtres qui restent conformes au Règlement technique. S’il y en a pas, difficile de la boucler. En revanche, on peut se poser la question d’autres cas particuliers comme les mobilhomes. En conduite, il n’est pas permis de s’allonger sur le lit ou de se trouver sur le confortable canapé placé à l’arrière. Il faut toujours imaginer qu’une collision peut survenir à n’importe quel moment.

❖ Répression: une amende par personne

Autrefois, l’oubli de la ceinture de sécurité était catégorisée au premier degré. Actuellement, la perception immédiate est montée d’un cran et coûte 116 € (infraction du 2e degré) pour la ceinture de sécurité et 174 € (infraction du 3e degré) pour le dispositif de retenue pour enfant. Cela vaut pour le non port mais aussi pour une mauvaise utilisation (cf. art. 35.1.3). Imaginons que le conducteur ne porte pas sa ceinture et que l’enfant se trouve placé dans un DRE mais avec la ceinture de sécurité torsadée. Près de 300 euros pour une négligence ça fait cher payé.

À noter que le conducteur a tout intérêt à imposer le port de la ceinture. En cas de contrôle, chaque passager adulte reçoit l’amende. Les tarifs sont dissuasifs mais certains préfèrent leur liberté face au faible risque de se faire prendre. Les ennuis sérieux apparaissent en cas d’accident violent avec blessés et un mort. Même si chaque adulte est responsable de son choix, le conducteur sera condamné pour coups et blessures involontaires et homicide involontaire ayant entraîné la mort. Le mieux pour le conducteur est d’imposer le port de la ceinture à tous pour ne prendre aucun risque.