Elles ne sont pas interdites sur la voie publique mais elle ne peuvent être utilisées qu’en cas de verglas ou de neige (cf. art. 81.4.4). Il faut bien avouer qu’elles ne sont pas d’une grande utilité en Belgique. En revanche, c’est un accessoire indispensable si vous partez en montagne où les routes sont sinueuses et moins dégagées. Elles sont montées uniquement sur les roues motrices. En fonction de la dimension des pneus, la taille des maillons des chaînes peut varier. Il est vivement recommandé de s’entraîner au montage avant son départ, sur un sol plat et sec. En cas de neige, les chaînes vous évite de rester bloqué sur place ou de valser dans le décor malgré des pneus neige/hiver. Elles offrent une adhérence sans pareil uniquement en cas de neige. En général, la notice limite la vitesse à 50 km/h. Il existe également des chaussettes à pneu qui sont plus simples à installer mais sont moins performantes et s’usent davantage. Dernier conseil, évitez de rouler sur une route déneigée avec des chaînes. Vous risquez d’endommager les pneumatiques mais aussi le revêtement de la chaussée.

En France, les chaînes ne sont pas obligatoires. Elles ne font pas non plus requises dans l’équipement de base d’une voiture. Difficile d’imposer une réglementation pour tout le pays. Dans les endroits plus montagneux, un signal d’obligation contraint les conducteurs à mettre leurs chaînes sur au moins 2 roues motrices. On ne précise pas non plus les conditions étant entendu que le signal est présent toute l’année. Mieux vaut donc s’informer en amont avant de prendre la route sinon vous serez obligé de faire demi-tour (!) et d’être en infraction.

Dans les pays scandinaves habitués aux périodes froides et enneigées, ils utilisent plus volontiers les chaînes. Du coup, il n’y a aucun épandage de sel. Chez nous, dès les premiers flocons, les camions sont sur les routes. Le sel est corrosif et néfaste pour les voitures.