❖ Des monos de la vieille école

Tout commence au premier examen écrit pour devenir instructeur auto-école.  Alors que le Ministère donne les questionnaires a posteriori des examens pour le brevet sur la navigation de plaisance, il a toujours refusé de le faire pour les brevets des moniteurs. À l’époque, j’ai vu des directeurs d’auto-école quémander des questionnaires en sortie d’examen écrit et les garder pour leurs futurs stagiaires. Pas question de partager. Aujourd’hui, le partage est plus facile notamment grâce aux réseaux sociaux.

Sur certains groupes Facebook réservés aux instructeurs de la conduite, j’observe des monos de la vieille école qui dénigrent leurs confrères également YouTubeurs. Ces pros du volant crient au loup. En diffusant largement des recettes secrètes, ils argumentent que ces élèves biberonnés aux chaînes YouTube n’apprennent pas à conduire mais sont modulés pour répondre aux exigences des examens. Pourtant, les deux sont souvent complémentaires. Ces producteurs de contenu ont une autre approche: ils ont un travail principal (pour lequel ils sont payés) et consacrent leur temps libre à partager leur passion. Internet permet d’atteindre un large public assez rapidement.

❖ Les mono 2.0

En France, les YouTubeurs sont légion. On peut apprendre les bases de la conduite en vidéo, se plonger dans un examen blanc, comprendre la notation de la grille de cotation, suivre les parcours d’examen pour telle ou telle ville, apprendre tous les contrôles internes sur tel modèle de voiture, etc. Tout ça est en ligne, gratuitement.

Au départ, j’ai découvert Mounir avec la Drive Academie, devenu « Parlons-Permis ». Il y avait toutes les leçons de conduite commentées étape par étape. Il y a eu Steph avec « Vidéo Permis » rejoint par son cousin Fab lui aussi moniteur. À deux, ils cartonnent ! Ils ont développé un module payant mais il y a un énormément de contenu gratuit. Je pense aussi à « M. Permis de conduire » qui fait pas mal d’examens blancs. Il y a cet infatigable et énergique Antoine du site « Permis-conseils ». La plupart de ces gens donnent cours en journée et passent leur temps libre à aider les autres pour réussir leur permis. Et en Belgique, il y a qui ?

Il y a 8 ans, une très belle initiative est née avec « PermisOnline ». Aujourd’hui encore, beaucoup d’élèves en recherche, atterrissent sur cette chaîne, devenue obsolète. Tout a été produit en une traite. Le format est rigide et impersonnel mais le format vidéo venait en complément au cours théorique. À l’époque, à part les bouquins ou les CD, il n’y avait rien d’autres. Depuis, il n’y a eu aucune initiative personnelle. Que dalle ! Chacun est resté dans sa petite auto-école à donner cours. Sauf que…

Depuis quelques mois, une nouvelle fleur voit le jour: « Tout est permis – B ». À ma connaissance, c’est la première chaîne YouTube belge. C’est une petite merveille. Vous y trouverez plein de conseils, de la réglementation routière, des astuces, des parcours  d’examen, des vidéos sur la perception de risques…