Le halage… voilà une notion totalement archaïque et pourtant on la retrouve dans le Code de la route à l’article 56: les animaux halant des bateaux. Première chose à faire, comprendre ce qu’est exactement la notion de halage. À l’origine, il s’agit de tirer à soi à l’aide d’un cordage. Par extension, on a utilisé le terme pour faire avancer un bateau le long d’un cours d’eau au moyen d’une corde tirée à force des bras et plus tard à force des chevaux ou d’un engin automoteur.

Après, j’y connais pas grand-chose sur le sujet. Le bon sens me fait dire que les chevaux se tenaient le plus près possible du bateau pour ne pas créer un angle d’amplitude trop important mais aussi pour éviter que les cordages ne barrent le chemin, la route. Je suppose que le batelier convenait du chemin à emprunter en fonction de l’espace praticable.

L’article 56.2 stipule: « le croisement et le dépassement des véhicules et des animaux qui, pour haler des bateaux, circulent sur la gauche de la voie empruntée, s’effectuent respectivement à gauche et à droite. ». Dit de cette manière, ce n’est pas très clair. Petit schéma.

Chemin du halage

Dans les deux situations, les animaux circulent proche du canal. Dans le premier exemple, le cycliste (en bas) croise par la droite et le cyclomoteur (en haut) dépasse par la gauche. Dans le second exemple, le cycliste (en haut) croise par la gauche et le cyclomoteur (en bas) dépasse par la droite. C’est donc cette deuxième situation prise en compte par le Code. Peut-être que le premier cas de figure ne se rencontre pas dans la navigation. Cela reste néanmoins des cas extrêmement rares.