1. Faites le plein à la moitié

Certains moniteurs conseillent de se ravitailler en carburant dès que la jauge arrive à la moitié. Selon eux, la qualité du carburant se détériore avec le temps. Faire le plein régulièrement permettrait de garder une certaine fraîcheur. Et on ne parle pas ici des saletés accumulées en fin de réservoir mais du carburant en soi. C’est également l’avis de la station Total que j’ai contacté. Personnellement, je ne vois pas trop comment l’essence/diesel pourrait perdre en qualité si rapidement. Ce n’est pas non plus l’avis des garagistes que j’ai contacté. Il est vrai qu’un carburant, et plus particulièrement le diesel, peut se charger d’eau si le véhicule reste de longues semaines, voire des mois sans bouger. L’autre argument concerne l’évaporation du combustible. Plus il est en contact de l’air, plus vite il s’évapore. Raison pour laquelle les raffineries pétrolières disposent de plafonds flottants.

Il y a donc deux écoles: ceux qui sont d’avis de faire le plein dès la moitié du réservoir et les garagistes qui recommandent de faire le ravitaillement au quart de la capacité du réservoir.

2. N’attendez pas d’être sur la réserve

On est parfois saisi de voir à la vitesse où le réservoir se vide. Pourtant, il est important de tenir à l’œil ce compteur. Le but étant de ne pas arriver sur la réserve. Ce n’est jamais bon pour le moteur. Et si par mésaventure l’aiguille tombe dans la zone rouge, un signalement visuel et/ou sonore apparaît. Selon les modèles, il peut vous rester quelques dizaines de litres. Il est alors grand temps de trouver une pompe.

Sur les véhicules récents, le tableau de bord vous indique le nombre de kilomètres restants. C’est purement informatif et théorique. Ne prenez pas ces chiffres au pied de la lettre. D’ailleurs, mieux vaut être prévoyant que de devoir pousser la voiture ou d’appeler un dépanneur.

3. Évitez de passer après le camion citerne

Les camions citernes viennent régulièrement ravitailler les réservoirs. Si tel est le cas, choisissez une autre pompe! En effet, le réapprovisionnement provoque un brassage important. Les impuretés déposées dans le fond de la cuve sont mélangées au carburant. Vous risquez ainsi d’avoir des saletés dans le carburant. C’est également le cas des cuves mal entretenues. Évidemment, il est difficile de connaître l’état de propreté des contenants. Et le prix élevé à la pompe n’est pas une garantie de qualité.

4. Ne remplissez pas à ras-bord

Inutile de rester accroché au pistolet de la pompe, du moins si on envisage de faire le plein complet. Le pistolet dispose d’un cran pour bloquer la manette. Sur certains véhicules, la forme du réservoir est faite de telle manière que le pistolet déclenche rapidement le cran de sécurité. Il faut alors faire un remplissage manuel et pincer le pistolet. Pour le reste, il suffit d’attendre que le pistolet relâche le cliquet et l’approvisionnement s’arrête. Pour diverses raisons techniques, notamment le principe de Venturi, il est vivement conseillé de s’arrêter là. C’est d’ailleurs repris dans le manuel utilisateur. Malgré tout, on voit parfois certains aventuriers remplir leur réservoir comme s’ils allaient faire un périple de 100 jours.

Pistolet à la pompe d'essence
■ dispositif Venturi pour bloquer la sortie de carburant

5. Choisissez le bon côté de la pompe

Avant de vous engouffrer dans la station-service, il faut savoir où se trouve votre réservoir: à droite, à gauche ? Sur certains modèles de voiture, on trouve une petite flèche placée en face du pictogramme de la pompe à carburant sur le tableau de bord. C’est pratique si on se souvient plus du côté où se trouve la recharge ou si on utilise un autre véhicule. Cela évite de se placer à la pompe et de tirer tant bien que mal sur le cordon pour en mettre partout.

■ pictogramme d’une pompe à carburant avec une flèche directionnelle

Les pompes sont souvent groupées par type de carburant. Bien souvent, il existe deux ravitaillement par file. Si vous êtes seul, il est courtois d’utiliser la première pompe, la plus éloignée pour permettre à d’autre de faire le plein derrière vous.

6. La nouvelle signalétique européenne

Depuis octobre 2018, l’Europe a choisi une nouvelle signalétique pour désigner les carburants à la pompe. Fini les classiques “Super 95″ et “Diesel”. Dans le même temps, tous les véhicules neufs vendus à partir de cette date doivent disposer d’une étiquette proche du bouchon à carburant afin de correspondre les deux étiquettes. Le but est de faciliter la vie des gens qui voyagent beaucoup et qui en traversant plusieurs pays trouvent des affichages complètement différents.

Nouvelle signalétique sur les carburants à la pompe

7. Faites des économies

Le prix du carburant fluctue quotidiennement. Chaque enseigne décide du tarif en fonction de la qualité de son carburant mais surtout de son emplacement et de la concurrence. Les prix peuvent donc changer pour une même marque! C’est assez déroutant quand on n’y prête pas attention. Certaines, comme Total, sont reconnues pour être coûteuses. Les défenseurs diront que le carburant est de meilleure qualité et qu’ils proposent de nombreux services. Les stations le long de l’autoroute sont connues pour avoir des prix très élevés. Enfin, sachez que les tarifs sont plus élevés en hiver en raison des additifs qui permettent au carburant de ne pas se figer avec le froid et de garder une bonne fluidité pour passer aisément à travers le filtre.

Pour faire des économies, il vaut mieux comparer les tarifs sur internet ou utiliser une application¹. Autre astuce, préférez une station à forte implémentation commerciale et si possible là où il y a d’autres stations afin de faire jouer la concurrence. Et si vous en n’avez pas besoin, évitez les stations avec un shop ou une cafétéria. Les frais de fonctionnement, l’entretient, les frais du personnel sont répercutés sur le prix. Le site web des pompes permet de localiser les stations en fonction des services offerts: boutique, retrait d’argent, wi-fi gratuit, garage, gonflage des pneus, car-wash, pompe adblue, payement par carte 24/24, cafétéria, restaurant, etc.

Vous êtes plutôt Total, Dats 24, Lukoil, Q8, Octa+, Esso, Texaco, Shell, Maes… ?


¹ Je ne recommande pas une application en particulier car elles sont toutes remplies de pub !

8. Ne vous trompez pas de carburant

Le goulot de remplissage d’un réservoir d’essence est plus étroit que l’embout du pistolet d’une pompe à diesel. Elle évite de remplir son réservoir du mauvais combustible. L’erreur est donc de mettre de l’essence dans un moteur diesel. Les raisons sont diverses. La plus courante est la distraction quand plusieurs types de carburants cohabitent . Par exemple, le fils utilise la voiture de maman et celle-ci emprunte celle de papa. Autre exemple, l’employé utilise une essence mais un véhicule au diesel à titre professionnel. On peut encore citer ceux qui utilisent un jerrycan et se trompent de fluide. D’après Touring, en 2018, il y avait près de 5.000 erreurs de carburant.

En cas d’erreur, mieux vaut s’arrêter tout de suite et appeler un véhicule d’intervention. À titre d’info, l’opération de refueling coûte 290 € chez Touring pour les non membres! Cela reste néanmoins moins cher que le remplacement de tout le moteur.

9. N’attendez pas le pompiste

Autrefois, le pompiste faisait le plein, vérifiait le niveau d’huile et au besoin passait un coup d’éponge sur le pare-brise. Ça existe encore… mais au Maroc ! Chez nous, c’est de l’histoire ancienne. Néanmoins, on trouve parfois ce service géré par des “pakis”.

10. Contrôlez la pression des pneus

L’arrêt à la station service est l’occasion de vérifier la pression des pneus. La plupart des stations service disposent d’un équipement pour mesurer et gonfler ses pneus. Le service est gratuit ou coûte une somme dérisoire. Munissez-vous de gants. N’oubliez pas la roue de secours si elle est présente. He oui, les jantes sont souvent très sales. En théorie, ce contrôle se fait une fois par mois… c’est surtout vrai pour les vieux pneus.

11. Une fin de mois difficile ?

Cela nous est tous arrivé un jour où l’autre, le compte bancaire est pratiquement dans le rouge et il faut bien faire le plein. Que se passe-t-il une fois à la pompe ? Je me suis prêté à l’exercice avec un solde de 10 euros sur un compte Belfius. Ma carte Maestro ne permet pas des achats en négatif. Le lecteur a accepté ma carte et j’ai été autorisé à faire le plein. Une fois arrivé à 8 €, le débit s’est directement coupé. Pour palier au problème, il reste le payement en liquide. Quelques rares stations acceptent encore ce mode de payement pour autant que le personnel soit là. Sinon, il reste la solution de la carte essence ou la carte de crédit.

À ce sujet, on entend parfois des plaintes sur la prise de provision. En effet, la banque effectue une opération de provision de l’ordre de 125 €pour un payement en Belgique ou au Luxembourg par une carte de crédit. C’est valable pour tout achat dont le montant exact n’est pas connu à l’avance. Dans ce cas, la banque prend une provision par sécurité. Une fois la transaction réalisée, celle-ci est annulée immédiatement sans que le client n’ai une vue sur cette opération faite en arrière-plan. Dans d’autres cas plus rares, la provision est remboursée quelques jours plus tard.

12. Usage interdit du téléphone

Des pictogrammes vous rappellent de couper votre moteur, de ne pas fumer ou d’utiliser son téléphone portable. Pour le deux premiers cas, on comprend aisément le danger potentiel. Dans le cas du GSM, c’est moins évident. Le risque c’est de téléphoner tout en prenant du carburant. L’électricité statique peut provoquer une étincelle. C’est du moins la réponse que j’ai eu auprès des raffineries de pétrole. En revanche, il est tout à fait possible d’utiliser une application mobile (Belfius, Lukoil) pour valider son payement depuis l’habitacle et de faire le plein.

13. Carburant haute pression

Avez-vous déjà remarqué ce bouton au-dessus de la pompe diesel ? Cela permet aux camions de faire le plein rapidement. Utile avec des réservoir de plus de 400 litres.

station service, carburant, camion
■ pompe rapide pour les camions

14. Le bouchon de réservoir; pas sur le toit!

L’accès au réservoir se fait par le flanc de la voiture. Une clapet protège l’entrée. Sur certains modèles, le clapet est accessible par quiconque. Le bouchon se dévisse grâce à la clé de contact. Une bonne façon de ne pas oublier de retirer la clé lors du ravitaillement. Dans ces versions, le bouchon est libre. Il est alors facile de le déposer n’importe où et surtout là où il faut pas comme le toit de la voiture. A contrario, on le trouve très souvent relié par un cordon pour éviter de le perdre. Bien souvent, on trouve un petit support métallique pour le déposer. C’est plus pratique que de le laisser pendouiller contre la carrosserie.

support pour bouchon de réservoir
■ support pour bouchon de réservoir
bouchon suspendu
■ bouchon suspendu

À noter qu’il existe des modèles, dont les Ford, dépourvus de bouchon.

Ford, réservoir sans bouchon
■ Ford, réservoir sans bouchon