Avant de commencer la conduite, il est important de bien se placer au volant. C’est l’occasion de réviser les contrôles internes et externes du véhicule. De manière générale, le candidat doit se sentir confortablement installé, sans gêne.

Contrôles internes

Le siège — Il se règle en profondeur grâce à un rail. Pour le déplacer on tient le volant de la main droite et on appuie de l’autre main sur la manette pour faire glisser le siège. On situe la bonne distance grâce à deux repères. Le premier se réfère au pli des poignets. Il doit arriver sur le dessus du volant sans décoller le dos du dossier. Le second concerne la jambe gauche. Elle doit être capable d’enfoncer la pédale d’embrayage sans difficulté, talon au sol. La jambe est légèrement fléchie pour accéder à l’embrayage mais pas trop pour devenir une gêne. Le siège se règle également en hauteur via une manette du côté gauche. En pompant par le haut, le siège monte. Cette manipulation déporte également le siège vers l’avant. L’effet est inverse en pompant vers le bas.

Le dossier — Il est réglable avec la molette placée sur le côté gauche du siège.

Le volant — Mains à 9h15 ou 10h10 quand la route est droite. On n’est pas obligé de resté figé. Il faut resster souple dans sa gestuelle pour ne pas se crisper. Les pouces sont à l’extérieur. En cas d’accident, si l’airbag se déploie, il n’y a pas de problème. On ne croise jamais les bras mais on peut croiser les poignets par la technique du chevauchement.

L’appuie-tête — Il doit aussi être réglé pour éviter le coup du lapin.

La ceinture de sécurité — Sur certains modèles, elle s’ajuste en hauteur. La partie ventrale passe sur les hanches. Ne pas la torsader. Tendre bien la ceinture en tirant dessus. 

Que faire si l’apprenant a les jambes longues et un petit buste ? La distance de son siège est bonne mais les bras sont trop courts sur le volant. Il suffit alors de modifier la distance du volant, redresser l’assise du siège (dossier) et ajuster la hauteur de la ceinture de sécurité.

Le rétro interne — On l’ajuster pour voir toute la lunette arrière. Il se manipule avec les deux mains. Évitez de mettre des traces de doigt sur le miroir.

Les rétroviseurs externes — Les rétros électriques s’ajustent après avoir mis le contact, sans démarrer. Positionner sur L(eft) ou R(ight) et manipuler le joystick. Il faut voir le moins de carrosserie et diminuer l’angle mort. Le positionnement tout en haut signifie qu’il est en mode chauffant. De cette manière, en cas de mauvais temps, l’humidité ne se fixe pas dessus et gêne la vue.

Les feux — Ce contrôle se fait avec le contact. Les commandes se trouvent sur les comodos de gauche ou/et sur la molette de gauche sur une VW Polo. Les feux de route ne peuvent être enclenchés qu’en activant les feux de croisement. Idem pour les feux de brouillard arrière. Ils s’activent en tirant l’interrupteur.

En fonction du modèle, il est parfois nécessaire de garder son pied sur la pédale de frein ou d’avoir la pédale d’embrayage enfoncée. Insérer la clé dans le contacteur, débrayer (ou freiner) et tourner le contact. Si la clé oppose une résistance, il faut déverrouiller la colonne de direction par des petites mouvements du volant et en forçantlégèrement sur la clé.

Les clignotants — Ils se trouvent toujours à gauche sur les comodos, au même endroits que les feux. Ils s’utilisent dans le sens naturel du mouvement. Le cligno se remet automatiquement. Parfois, quand le volant se redresse avant d’avoir tourné complètement, il se désactive. Il faut alors le remettre. On peut soit l’activer par une pitchinette. Il clignote alors trois fois puis s’arrête. On peut aussi y aller plus ‘franchement’ mais toujours du bout des doigts sans forcer.
Remarque: les clignos du mono ont la priorité sur celui des élèves.

Le frein à main — Un câble retient les deux roues arrières. Il est beaucoup moins précis et puissant que le frein pédale. Il peut servir en cas d’urgence mais on l’utilise uniquement au stationnement ou en assistance au démarrage en côte. Il ne sert à rien de le tirer trop fort, surtout sur une route sans dénivelé. Il fonctionne sur un système de cliquetis. Tirer sans appuyer sur le bouton. Pour le débloquer, soulever légèrement et appuyer sur le bouton pour ensuite rabaisser. Quand il est opérationnel, un voyant lumineux apparaît sur le tableau de bord.

Après ces notions d’installation, on passe à la technique du véhicule. Elle dure environ 10 h. À la fin de ces 10 heures, l’élève est familiarisé avec les commandes et peut alors se concentrer sur son environnement. Le regard est la base de la conduite.

Contrôles externes

Une fois arrêté lors de l’examen pratique, l’inspecteur demande d’ouvrir le capot. La trappe se trouve généralement près de la jambe gauche du conducteur. Sur certains modèles, elle ne s’ouvre qu’une fois la portière ouverte. Ensuite, l’élève sort du véhicule et se place face au capot. Il passe la main sous le capot entrouvert pour ouvrir la poignée. Le capot se tient à l’aide d’une béquille.

La vérification des “liquides” n’est pas très compliquée. Sur la plupart des modèles récents, les récipients sont parfaitement visibles du reste du moteur. Il y a quatre éléments à distinguer. L’examinateur n’en demande qu’un seul mais cela suppose de tous les connaître. Le plus gros récipient est celui dédié au liquide de refroidissement. Le deuxième est la jauge d’huile moteur. Attention cependant à ne pas confondre la jauge de vérification moteur avec son réservoir qui se trouve juste à côté. Le troisième est le récipient du lave-glace. Enfin, le réservoir du liquide de frein se trouve toujours dans le prolongement de la pédale de frein pour assurer la distance la plus courte.

Au niveau des pneus, vous avez une seule question sur les deux possibles: la pression ou l’usure. Pour la pression, on vous demande où se fait la pression (valve). Pour l’usure, il faut indiquer la bande de roulement et les témoins d’usure. Ils sont disposés dans les rainures principales et espacés de manière régulière. Pour mieux les voir, tourner les roues vers l’extérieur, moteur allumé. L’examinateur ne demande pas où se trouve les informations pour connaître la bonne pression (portière, trappe carburant, manuel utilisateur).