Les automobilistes ne sont pas les seuls à se faire contrôler. Les cyclistes se font également interpeller par les forces de l’ordre. Même s’il n’existe aucun permis de conduire pour rouler à vélo, le cycliste est un conducteur à part entière et doit respecter les règles comme tous les autres. En Flandre, beaucoup de jeunes se déplacent à vélo pour aller faire la fête (source: SudPress, 18/01/21). C’est un moyen de locomotion discret, il permet de circuler sur des espaces en dehors de la chaussée, il n’a pas de plaque d’immatriculation et la police est plutôt souple à leur égard.

Les infractions les plus nombreuses concernent le non-respect des conditions techniques. On pense évidemment à l’éclairage de nuit, la présence d’une sonnette ou des freins. Suivent le non-respect à l’obligation d’emprunter la piste cyclable ou de l’emplacement du cycliste sur la voie publique. Par exemple, ils sont autorisés en zone piétonne si le signal (F103) le spécifie (ce qui est généralement le cas). Les sens uniques limités ne sont pas présents dans toutes les voies à sens unique et elles n’autorisent pas les cyclistes à rouler dans le sens contraire des voitures. Ils ne peuvent pas non plus rouler dans les sens interdits (C1) ni sur une route pour automobiles. Beaucoup de conducteurs à deux roues se sont faits attraper à griller le feu rouge, sans présence des signaux B22 ou B23. Un grand nombre pensent pouvoir téléphoner tout en roulant ou en attendant la phase verte du feu tricolore. C’est évidemment interdit et condamné aussi fortement que pour un automobiliste. Enfin, embarquer un pote sur son porte-bagage, l’avant du vélo ou en amazone n’est pas réglementaire.