Afin de faciliter la vie des cyclistes et de favoriser l’utilisation du vélo, certains aménagements ont été entrepris. Par exemple, les communes sont obligées d’installer systématiquement des Sens Unique Limité et de justifier des endroits où il n’est pas possible de les mettre en place. Autre exemple, celui des signaux B22 et B23 comparable à un céder le passage à destination des cyclistes.

Derniers arrivés dans la liste des signaux relatifs à la priorité, ils n’ont pas reçu d’appellation contrairement à la France où on les désigne par “tourne à droite” (B22) et “va-tout-droit” (B23). C’est simple et évocateur pour tout le monde même si c’est un poil directif. Ces deux-là font parties des exceptions quant au respect des feux lumineux (cf. art. 6.3). Les cyclistes peuvent franchir le feu rouge ou jaune-orange afin de tourner dans la direction indiquée par le signal. Ils doivent néanmoins céder le passage aux autres usagers (cyclistes, piétons…) circulant sur la chaussée. C’est surtout le cas où les deux roues tournent à droite puisque la circulation dans laquelle ils s’apprêtent à s’immiscer est ouverte. Les véhicules défilent sur la chaussée mais aussi les cyclistes (sur ou sans piste cyclable) et les piétons sur les passages pour piétons. Pas question de foncer comme un forcené en brûlant la priorité aux autres usagers.

Signal B22, tourne-à-droite

Énorme avancée pour les associations de cyclistes. Pour les autres (souvent ignorants des règles) c’est un désastre et un non-sens. Le Code de la route autoriserait les cyclistes à brûler les feux rouges. Première précision, ils ne brûlent pas de feu rouge puisque justement la réglementation les y autorise grâce à la présence du signal. Deuxième précision, ces signaux ne sont indiqués que dans les cas où les cyclistes ne doivent pas couper le flux de la circulation comme mentionné dans l’article 67.4.3°. Pour rappel, l’évacuation des carrefours au feu rouge se fait depuis les années 60 grâce à la flèche verte intégrée directement dans le feu tricolore ou placée en accompagnement. Les automobilistes semblent l’avoir oublié.

Feu, flèche verte à droite

Enfin, la mise en place du signal se fait là où le cycliste n’est pas sur la chaussée mais dans un espace protégé: piste cyclable, bande bus, zone 30.

À l’origine, l’évacuation des cyclistes dans les carrefours ne devait pas se présenter sous la forme d’un panneau routier mais d’un feu cycliste. Ce type de feu est coûteux et nécessite une intervention sur les feux tricolores afin de les reprogrammer pour intégrer le nouveau feu cycliste. Rigueur budgétaire oblige, les autorités ont préféré choisir la bonne vieille formule du métal rétroréfléchissant.

Petite note sur le pictogramme. À y regarder de plus près, on ne comprend pas très bien pourquoi ne pas avoir repris la bicyclette (M1, C11 ou même F99) pour garder une certaine cohérence. Ici, le vélo est jaune. Le guidon est retourné (?!), les roues sont pleines. En réalité, c’est l’œuvre d’un groupe parlementaire en voyage à Lyon. Ils ont reproduit tel quel le symbole français sans aucune adaptation. Un vulgaire copié-collé.