La règle générale est simple: les cyclistes roulent sur la piste cyclable. Il existe cependant un cas où ils sont autorisés à emprunter les trottoirs.

Qui doit rouler sur la piste cyclable ?

On parle bien de conducteurs de bicyclettes, c’est-à-dire des hommes et des femmes qui pédalent et font avancer leur véhicule à la force de leurs muscles. Une assistance électrique peut intervenir mais pour autant qu’il s’arrête à partir de 25 km/h. Sont donc concernés les cycles à deux roues, les cycles motorisés. Les speed-pedelecs eux doivent respecter les règles concernant les cyclomoteurs. À noter que la piste cyclable est également accessible aux cyclomoteurs de classe A.

Piste cyclable, kesako ?

La piste cyclable, comme le veut la définition, est soit marquée (deux lignes discontinues blanches parallèles dont la largeur ne permet pas la circulation des véhicules automobiles… dans ce cas pas besoin de signalisation) soit séparée et annoncée par les signal D7 ou D9. Il peut arriver que cet espace aménagé pour les cyclistes ne soit pas praticable. Elle peut être dans un mauvais état, occupée par des travaux ou encombrée de branches suite à une tempête. Dans ce cas, les cyclistes ne sont pas obligés de l’emprunter. Ils doivent alors circuler les accotements de plain-pied. Si ces derniers ne sont pas non plus praticables ou inexistants, les cyclistes empruntent les zones de stationnement. En dernier recours, ils roulent sur la chaussée.

Sur les trottoirs mais hors agglomération

Nous y voilà. Peu de gens le savent mais les cyclistes sont autorisés à circuler sur les trottoirs hors agglomération (article 9.1.2.4°) mais uniquement à droite dans leur sens de marche. Ils PEUVENT mais ne sont pas obligés. Les cyclistes sportifs, les cyclotouristes ou les groupes préféreront rester sur la chaussée. Bien évidemment, dans ce cas de figure il ne doit pas y avoir de piste cyclable. Enfin, les cyclistes doivent laisser la priorité aux piétons et autres usagers autorisés à y circuler.

Pour rappel, une personne qui tient à bout de bras un vélo n’est pas considéré comme un conducteur mais comme un piéton. Et les piétons circulent sur les trottoirs.

L’exception des enfants

Le législateur a prévu un cas particulier: celui des enfants de moins de 9 ans (art. 91.2.5°). Cette place parmi les piétons leur permet de circuler en toute sécurité et d’apprendre à tenir en équilibre. Pendant cette phase de transition, ils sont généralement accompagnés des parents. Ils doivent néanmoins respecter quelques conditions: rouler à l’allure du pas, ne pas mettre en danger les autres usagers et le diamètre de leur roue (pneu non compris) ne peut dépasser 50 cm. L’autorisation de rouler sur les trottoirs vaut pour l’agglomération et en dehors, ainsi que sur les accotements en saillie.

Circonstances atténuantes

Une dame sur le bas de sa porte m’interpelle: “ils ont le droit ces cyclistes de rouler sur mon trottoir ?”. Les personnes se limitent parfois à ne voir que leur propre intérêt sans se mettre dans la peau des autres. En effet, si on s’en tient uniquement au Code de la route, les cyclistes devraient rouler sur la chaussée à cet endroit. Or, les trottoirs sont larges et la chaussée est étroite. La circulation des deux roues est dangereuse car ils sont côte à côte avec des automobilistes nerveux à l’idée de ralentir. Sans compter les rails de tram qui augmentent le risque d’accident.

À Bruxelles, l’aménagement des voiries n’est pas toujours favorable aux cyclistes, loin de là. Les responsables doivent parfois se creuser la tête pour permettre à chacun d’avoir sa place alors que les limites ne sont pas extensibles. Jusqu’à preuve du contraire, on n’a toujours pas trouvé une solution pour étendre la largeur d’une chaussée et faire reculer les habitations. Dans d’autres endroits, la voiture a toujours le dessus et les autorités rechignent à condamner les places de stationnement au profit d’une piste cyclable par exemple. Ces routes étroites ne garantissent pas la sécurité des cyclistes sur la chaussée. On voit donc des jeunes et des moins jeunes rouler sur le trottoir en agglomération. Ce n’est évidemment pas idéal pour les piétons mais ça ne l’est pas non plus pour les cyclistes. En attendant une meilleure solution, mettons-nous à la place de ces braves sportifs qui ont fait le choix pour un déplacement écolo.