Par mauvais temps ou dès que la luminosité ne permet plus de distinguer les autres usagers distinctement, on veillera à rester toujours bien visible. La plupart des véhicules à moteur sont équipés des différents éclairages mais qu’en est-il du sportif qui court dans la pénombre, du cycliste, des rollers… ?

Piétons

Usagers faibles par excellence, les piétons sont directement exposés en cas d’accident. Raison supplémentaire pour bien les distinguer en toutes circonstances. Pourtant, on ne trouve rien dans le Code en ce qui concerne un éventuel éclairage ou une tenue vestimentaire adaptée. Aucune réglementation alors qu’un conducteur peut être amené à les croiser la nuit sur une chaussée sans éclairage. Rien au niveau du règlement, mais on trouve des conseils en matière de prévention.

À défaut d’un trottoir praticable, le piéton aura tout avantage à circuler dans le sens contraire de la circulation pour éviter des situations dangereuses. Il pourra par exemple éviter assez facilement un véhicule qui fonce à toute allure. La couleur des vêtements est importante et la présence de bandes réfléchissantes.

  • 20 m: un automobiliste aperçoit un piéton avec des vêtements sombres.
  • 50 m: un automobiliste aperçoit un piéton avec des vêtements clairs.
  • 150 m: un automobiliste aperçoit un piéton avec des éléments rétro-réfléchissants.

Les sportifs habitués à courir le soir n’hésiteront pas à s’équiper d’une lampe frontale, de brassards de sécurité et de bandes réfléchissantes verticales et horizontales en plus de la chasuble fluo.

Engins de déplacement

Les engins de déplacement regroupe différents moyens de déplacement comme les rollers, les planches à roulettes, les trottinettes, les chaises roulantes, les scooters électriques pour personnes à mobilité réduite, les segways, etc. Ils sont divisés en deux catégories. La première regroupe les engins sans moteur. Assimilés à des piétons, ils circulent sur les trottoirs. Bien entendu, ils ne dépassent pas la vitesse du pas (cf. art. 7bis). Aucune obligation en terme d’éclairage ou de tenue vestimentaire. La seconde catégorie reprend les engins à moteur. Leur vitesse ne peut néanmoins pas dépasser 18 km/h. Assimilés à des conducteurs, ils doivent circuler sur la chaussée. À ce titre, on leur demande d’être visible (cf. art. 30.3.6°) par les autres conducteurs. Ils doivent porter un feu blanc ou jaune à l’avant et un feu rouge à l’arrière. On leur conseille, mais ce n’est pas obligatoire, de porter une veste rétro-réfléchissante.

Cyclistes

L’équipement réglementaire pour le vélo ordinaire se compose d’un catadioptre blanc à l’avant, un catadioptre rouge à l’arrière, des catadioptres jaunes ou oranges sur les pédales et sur les rayons. Une bande réfléchissante blanche doit apparaître sur chaque côté des pneus. Le cycle doit également être muni d’un feu blanc ou jaune à l’avant et un feu rouge à l’arrière. Pour les vélos de course et les VTT c’est la même chose à ceci près que ces dispositifs sont obligatoires uniquement la nuit et quand la visibilité est réduite à moins de 200 m .