On me demande souvent par courriel comment se déroule l’examen oral. Je ne connais que la séance sur Louvain-la-Neuve.

Le début des festivités commencent à 9h mais il peut y avoir des sessions plus tardives ou en après-midi. Tout les monde se réuni dans une pièce et les présences sont prises. Il est obligatoire d’avoir sa carte d’identité. Ensuite, chacun prend place sur une chaise et attend son tour. Souvent, on est entre 8 et 15 candidats. Avec un petit groupe, ça peut aller assez vite. Dans le meilleur des cas, tout le monde passe avant 11h30.

Dans des pièces séparées, deux fois deux jurés sont installés: deux pièces pour le Code & Lois et deux pièces pour la Mécanique. Les élèves ne passent pas deux fois la même matière évidemment. Ce dispositif sert uniquement à faire passer plus d’élèves. L’ordre de passage est aléatoire. On vous appelle une première fois. Soit c’est pour l’examen du Code soit pour la Mécanique. L’épreuve dure environ 20 minutes, parfois moins quand l’élève maîtrise son sujet.

❖ Code de la route et Lois coordonnées

Pour le Code de la route, toutes les questions sont issues de l’arrêté royal. Si vous connaissez votre matière, il ne devrait pas avoir de surprise. Pour les Lois coordonnées (imprégnation alcoolique, le délit de fuite, la déchéance du droit de conduire, le retrait du permis de conduire, etc.) c’est la même chose. On ne vous demande pas de déblatérer un contenu appris par cœur mais de répondre avec vos mots tout en veillant à être juste sur la terminologie. Une formation permet d’aborder ces matières de manière plus douce sans se perdre dans le jargon juridique. Chaque juré à sa spécialité. L’un travaille peut-être au tribunal de police, l’autre est expert dans la sécurité routière. Souvent, le début de la conversation démarre sur un point précis de la matière ou sur un cas concret. À vous de montrer que vous avez des choses à dire comme si la question venait d’une élève pour le permis de conduire. N’oubliez pas qu’ils sont là pour juger vos connaissances et de l’assimilation de la matière.

Une fois votre prestation terminée, on vous demande de sortir. C’est la délibération. Quelques minutes après, on vous rappelle pour vous annoncer l’issue.

❖ Mécanique

Ce n’est un secret pour personne, l’examen de mécanique est l’examen le plus redouté. Non seulement il n’y a pas de matière délimitée mais en plus les examinateurs sont tatillons. Ces professionnels ont la tête dans le guidon et ils ont tendance à oublier qu’ils s’adressent à des personnes qui n’ont jamais ouvert un moteur. À moins de vérifier les niveaux ou la batterie, un mono n’est pas censé connaître et expliquer tous les mécanismes. C’est à se demander s’ils ont déjà assister à une leçon pratique en auto-école ! Les élèves se foutent pas mal de la mécanique. Ce qu’ils veulent c’est rouler, rouler, rouler. Malheureusement ce sont les exigences du Ministère et cela fait des années que c’est comme ça. Votre objectif n’est pas de remettre en cause le niveau d’exigence de l’examen mais c’est de le réussir ! Une fois passé, il est fort probable que vous n’ouvrirez plus jamais un livre de mécanique automobile.

Il y a plusieurs façons d’interroger l’élève. Dans un premier temps, votre examen écrit est passé en revue. C’est pas toujours le cas mais ça arrive. Les examinateurs vérifient si vous avez pris la peine de vérifier vos erreurs à l’écrit. D’où l’intérêt d’avoir pris des notes des questions lors du premier examen. Ensuite, il y a plusieurs façons de procéder. Soit c’est une discussion à bâtons rompus. Le juré vous lance un sujet ou vous pose une question et vous développez. Soit, l’examinateur dispose sur la table des schémas retournés et vous demande d’en choisir un. Il peut s’agir de la chaîne cinématique, du système de refroidissement, de la lubrification dans le moteur… Soit le juré est venu avec une pièce de mécanique (un maître-cylindre par exemple) et vous demande de le nommer et d’en expliquer le fonctionnement. Ici aussi, il faut être précis dans les termes. À la moindre erreur, vous serez repris.

Une fois votre prestation terminée, on vous demande de sortir. C’est la délibération. Quelques minutes après, on vous rappelle pour vous annoncer l’issue.

Pour obtenir une dispense, il faut avoir 60 % dans l’autre matière. Par exemple, si votre côte est de 40% en Mécanique, il vous faut 60% au moins pour l’examen de Code pour en être dispensé.