Vous pouvez vous présenter dans n’importe quel centre d’examen de votre choix pour passer l’examen du permis de conduire théorique. Il n’est pas nécessaire de se rendre au centre le plus proche de son domicile. La liste est reprise sur le site du Goca. À Bruxelles, il existe deux centres bien connus: rue Colonel Bourg 118 à Schaerbeek et rue du Labeur 3 à Anderlecht. Rien ne vous empêche de passer votre examen à Ostende si vous êtes de passage à la côte. Sachez également que si vous suivez des cours pratiques par auto-école (PP18), vous n’êtes pas obligé d’avoir le permis théorique. Il est cependant exigé avant de passer l’examen final.

Pour rappel, depuis janvier 2016, les Régions sont compétentes pour le permis de conduire. Depuis janvier 2016, la faute grave a refait surface.

Se préparer à l’examen théorique

Pour bien vous préparer, des cours théoriques sont dispensés en auto-école à concurrence de 4 X 3 heures. Certaines auto-école autorisent les élèves à participer à plusieurs sessions gratuitement. Il existe aussi des ouvrages de vulgarisation fort bien documentés (Feu Vert, Bien conduire de A à Z…) pour passer avec fruit la première étape vers l’obtention de son permis de conduire B. Les deux peuvent être combinés. Peu importe votre choix, votre réussite dépend principalement de votre implication. Cela demande un peu de préparation, de l’étude et une compréhension de la matière.

Voici la matière officielle:

  • législation relative à la police de la circulation routière
  • règlement général de la circulation routière
  • aperçu des différentes infractions routières
  • connaissances de base de la mécanique automobile
  • premiers gestes en cas d’accident
  • connaissance de la conduite défensive
  • notions d’éco-conduite
  • sécurité dans les tunnels

On entend souvent que les questions sont difficiles, voire vicieuses. N’essayez pas de trouver le diable dans chaque cas. Soyez attentif à tous les détails: le marquage, les panneaux, la présence d’un usager dans le rétro, le trafic, la visibilité… Les questions ne sont pas très différentes de celles utilisées en école de conduite ou dans les ouvrages de vulgarisation. Si la question vous semble trop simple, ce n’est pas forcément un piège mais prenez le temps d’examiner tous les éléments sur l’illustration mais aussi dans les propositions. Parfois, cela semble tellement évident qu’on est tenté de répondre rapidement sans même examiner les autres choix. J’insiste: lisez toujours TOUTE la question et TOUTES les propositions¹. Enfin, je vous déconseille les modules qui vous forment en une après-midi, comme « Permis en poche ». Être un conducteur responsable c’est plus qu’apprendre par cœur des réponses à des questions.


¹ Le plus bel exemple est celui d’un sens interdit avec un panneau “excepté cycliste”. On vous demande si vous pouvez continuer tout droit dans le sens interdit? a) Oui, b) Non, c) Oui si vous êtes cycliste. Si vous ne lisez pas les propositions, vous partez du principe que vous conduisez une voiture et vous passez à côté de la bonne réponse même si foncièrement la vôtre n’est pas une faute.

Déroulement de l’examen théorique

Depuis la 6e Réforme de l’État, le permis de conduire est devenu une matière régionalisée. Je ne vais donc aborder que ce qui concerne la région de Bruxelles même si le déroulement est sensiblement pareil en Flandre et en Wallonie.

L’examen se passe sans rendez-vous. Vous êtes libre de choisir votre centre d’examen: à Bruxelles, en Wallonie, en Flandre. [Néanmoins, à partir de novembre 2018, vous serez obligé de passer votre permis pratique là où vous avez passer votre théorique.] Présentez-vous sur place dans la plage horaire indiquée, muni de votre carte d’identité et de vos lunettes de vue (ou lentilles de contact) si vous en portez habituellement. L’examen coûte 15 €. Autrefois, la projection se faisait par diapositives. Actuellement, il n’est pas nécessaire de réunir tout un groupe. Chaque candidat peut se présenter et passer l’examen devant un poste d’ordinateur. L’examen dure environ 30 minutes.

Salle de l'examen théorique pour le permis de conduire B

Pour chaque question, une photo ou une illustration apparaît avec en dessous le choix multiple. Une voix off lit la question et les propositions. Ensuite, vous avez 15 secondes maximum pour répondre et cocher la seule bonne réponse. Certains préfèrent ne pas mettre le casque audio pour ne pas être perturbé et bénéficier de tout le temps nécessaire pour répondre (temps de lecture de la question + 15 secondes). Il est possible de passer à la question suivante avant la fin du décompte mais on conseille aux apprenants de ne pas se précipiter. Mieux vaut mettre à profit ce temps pour observer le visuel et bien comprendre l’énoncé. Avant le début réel de l’examen, 4 questions vous sont posées pour vous entraîner.

En tout, il y a 50 questions à choix multiples. Un point par bonne réponse. Une faute grave coûte – 5 points. Au total, vous devez comptabiliser 41 points pour réussir. Autrement dit, deux fautes graves ou 10 fautes mineurs et c’est l’échec. Le résultat est connu tout de suite mais il n’est pas possible de voir le corrigé de sa prestation. Après la réussite, vous êtes invité à passer le test de lecture. Rien de bien méchant. Il faut vraiment une très mauvaise vue¹ pour échouer. Le candidat qui ne satisfait pas au test de lecture doit subir un examen effectué par un ophtalmologue de son choix.


¹ Il faut moins de 5/10 pour échouer. Exception pour les conducteurs professionnels qui doivent obtenir au moins 8/10. Il existe une corrélation évidente entre une mauvaise vue et une mauvaise conduite. L’automobiliste évalue moins bien les situations et son temps de réaction augmente. De plus conduire avec une vision défaillante est moins confortable (quoi qu’en disent les intéressés) et plus fatiguant. D’où l’intérêt de porter des lunettes si nécessaire. Et pour ceux qui en ont, il est impératif d’adapter ses verres en fonction de l’évolution de sa vue.

Après l’examen

En cas d’échec à la théorie, vous pouvez repasser une seule fois l’examen. Après deux échecs, vous devez avoir au moins 12 h de cours théoriques dans une auto-école agréée. À la fin de cet apprentissage, le moniteur vous délivre une attestation de fréquentation au cours. En revanche, si tout s’est bien passé, vous recevez une attestation de réussite. Elle permet d’obtenir le permis de conduire provisoire 36 mois (PP36) pour la filière libre ou de suivre les 20 h d’auto-école agréée (PP18). Il faut patienter 3 ou 4 jours pour obtenir son permis provisoire sous forme de carte d’identité électronique.

Vous n’êtes pas autorisé à circuler sans votre permis provisoire même avec cette attestation. Vous risquez une amende de 60 à 3.000 € et un risque de déchéance pour conduite sans être porteur d’un permis de conduire valable !

Le permis de conduire provisoire vaut uniquement sur le territoire belge pour une période de trois ans. Vous ne pouvez vous présenter à l’examen pratique qu’après 3 mois¹ (sauf en cas de déchéance) aussi bien pour le PP36 ou le PP24. Pour le choix du véhicule, c’est à votre guise: le véhicule d’une auto-école ou le vôtre.

Actuellement, il existe deux filières. [À partir de novembre 2018, il existera 4 filières].

Filière libre (PP 36 mois):

  • réussite de l’examen du permis de conduire théorique ⇨ attestation
  • remise de l’attestation à la commune
  • 3, 4 jours plus tard ⇨ remise du permis provisoire
  • conduite avec un ou deux guides nominatifs pendant min. 3 mois [et 9 mois à partir de nov. 2018] et max. 36 mois [et 18 mois à partir de nov. 2018]
  • à partir de novembre 2018, Bruxelles impose la réussite d’un test de perception des risques avant d’entamer son examen pratique

Filière auto-école (PP 18 mois):

  • réussite de l’examen du permis de conduire théorique ⇨ attestation
  • remise de l’attestation à l’auto-école
  • 20 h de conduite minimum avec moniteur et approbation
  • remise de l’attestation de réussite du permis de conduire théorique et de l’attestation de réussite des 20 h de pratique à la commune
  • 3, 4 jours plus tard ⇨ remise du permis provisoire
  • conduite seul pendant min. 3 mois¹ et max. 8 mois
  • à partir de novembre 2018, Bruxelles impose la réussite d’un test de perception des risques avant d’entamer son examen pratique

[À partir de nov. 2018, une formation aux premiers secours sera obligatoire. Elle inclura la connaissance des bons réflexes à adopter après un accident. Aussi, les candidats devront tenir un carnet de bord. Ils devront y indiquer les kilomètres parcours et les conditions climatiques rencontrées. Les accompagnateurs auront un manuel pratique afin de mieux encadrer l’apprenant.]


¹ À partir de novembre 2018, Bruxelles proposera une filière expresse avec 30 h de cours et où il sera possible de passer rapidement son examen pratique sans attendre 3 mois.

Pour plus d’infos, consultez le site du Goca ou le site de Bruxelles Mobilité.