À un examen oral pour devenir moniteur, la question portait sur les exceptions à l’usage des feux de route (cf. art. 30.0.1°). J’ai terminé par le dernier point qui consiste à éteindre ses grands feux lorsque l’éclairage de la chaussée est continu et suffisant pour voir à au moins 100 mètres. Malheureusement j’ai confondu l’éclairage de la chaussée par l’éclairage public. Or, ce dernier n’apparaît que dans la section réservée aux feux pour les véhicules à l’arrêt ou en stationnement (cf. art. 31.2). La réglementation ne précise pas cette notion. On peut considérer qu’il s’agit des lumières artificielles produites dans les villes.

En France, quelques métropoles éteignent leur lampes la nuit pour diverses raisons. En Wallonie, les lampadaires le long des autoroutes s’éteignent de 00h30 à 5h30. Du moins, pour l’éclairage avant le plan lumière 4.0. À part ça, je ne connaissais pas d’endroit où ça se pratique. J’ai donc cherché et j’ai trouvé la commune flamande de Tervuren. Tous les jours de la semaine, sauf les vendredis et les samedis, l’éclairage public se coupe de minuit à 5h du matin. J’ai bien essayé d’avoir des explications de la part de la commune mais leur seule langue de communication est le néerlandais.

Premier élément, circuler dans une rue en pleine obscurité c’est pas ce qu’il y a de plus rassurant. Sans pleine lune, il y a un côté flippant même pour un homme. On se méfie du moindre bruit, des éventuels personnes de passage, des ombres étranges… De temps en temps, certaines maisons laissent une veilleuse près de leur porte. Les vitrines de commerces permettent d’y voir un peu plus clair. Toutes les artères ne sont pas en pleine obscurité. J’imagine que des choix ont été fait pour y voir clair de nuit dans certaines rues, sur les places et à proximité de la maison communale.

Les ruelles sont particulièrement étroites et les zones de stationnement sont saturées. On peut alors imaginer — juste pour confronter la théorie à la réalité — laisser ses feux de position allumés. Dans le cas présent ça n’a d’intérêt que pour le premier de la file puisque les véhicules sont rangés à la queue leu-leu. J’ajoute que la plupart des voitures sont équipées à l’arrière de catadioptres qui réfléchissent la lumière des phares. Il en est de même pour la plaque d’immatriculation qui est rétroréfléchissante.