Comme le prévoit le Code, l’extincteur ne doit pas dépasser la date de validité. À vérifier donc de temps en temps. Un extincteur périmé est considéré comme un déchet chimique et exige un recyclage particulier. C’est pourquoi il est obligatoire de le déposer dans un parc à conteneur de votre région ou auprès d’un véhicule ambulant Proxy Chimik.

D’après le Feu Vert, 15 à 20 minutes sont nécessaires toutes les 2 heures de conduite.

On considère que moins de 115 g de CO2/km est très écologique. Plus de 175 g de CO2/km est très polluant. Pour avoir un indicateur, le parc automobile wallon était de 135 g de CO2/km en 2009.

Faisons quelques calculs simples. Un km/h correspond à 1000 mètres toutes les 3.600 secondes, soit 1/3,6. Autrement dit, pour convertir en m/s, il suffit de diviser par 3,6. Exemple: 120 km/h = 33,3 m/s.

  • Ne pas rouler en régime élevé.
  • Ne pas attendre que la voiture “chauffe” avant de démarrer.
  • Rouler sans a-coup, anticiper.
  • Utiliser le frein moteur à l’approche d’un feu afin d’épargner les plaquettes de freins.
  • Rouler sans poids inutile: barre de toit, porte-bagages, coffre à outils…
  • Ne pas rouler avec les vitres abaissées surtout à grande vitesse.
  • Ne pas utiliser inutilement des fonctions gourmande en électricité: air conditionné, dégivrage…
  • Entrentenir régulièrement son véhicule, suivre les recommandations constructeur.
  • Couper son moteur quand son véhicule est immobilisé plus d’une minute.
  • Participer au co-voiturage, privilégier les moyens de transport dans la capitale.

Selon la douane, il est autorisé de transporter du carburant mais en quantité limitée et dans un conditionnement particulier. Il existe dans le commerce des jerricanes spécifiques. Pas question de transporter un liquide inflammable dans un bidon ménager. La limite a été fixée à 10 litres par véhicule. Les autorités douanières tolèrent le transport pour éviter une panne sèche éventuelle. En revanche, l’assurance risque de grincer des dents en cas d’accident surtout si l’incendie s’est déclaré.

Dans l’apprentissage de la conduite, et notamment la manœuvre du créneau, votre moniteur vous a certainement parlé des tours du volant afin de remettre les roues droites. Bien souvent, les modèles font trois tours de butée à butée. Il est donc possible de braquer dans un sens à 1,5 tours et idem dans l’autre sens. C’est pratique quand on veut remettre ses roues droites. Cela dit, c’est loin d’être un standard. Un exemple avec la Peugeot 306 qui a connu de nombreuses variations.

  • 4,2 tours pour les 306 à direction non assistée
  • 3,4 tours pour les 306 à direction assistée
  • 2,9 tours pour la 306 S16

Plus récemment, on peut citer la Mégane 4 qui présente 2,9 tours de volant de butée à butée dans sa version standard, tandis que les versions 4control (4 roues directrices), il n’est pas possible de faire plus de 2,3 tours de volant de butée à butée.

En règle générale, on peut dire que plus un véhicule est sportif, moins le nombre de tours de volant de butée à butée est important !

Pour rappel, le contrôle technique se fait tous les ans pour les véhicules de plus de 4 ans d’âge. Si la date limite est dépassée, vous devrez payer un supplément proportionnel au nombre de jours de retard. Cette surtaxe est toutefois assez limitée: de 7 à 27 €. En outre, un certificat de contrôle technique expiré est passible d’une amende en cas de contrôle policier. Enfin, l’assureur pourrait se retourner contre vous en cas d’accident dans la mesure où il est possible d’établir un lien de causalité entre l’accident et l’absence de certificat valable.

Ce n’est pas un changement révolutionnaire en soi. L’essence 95 et 98 contient du bioéthanol à hauteur de 4 % minimum depuis 2009. L’E10 est de l’essence 95 avec 10 % de bioéthanol. Cela fait suite à une directive européenne visant à augmenter la part d’énergies renouvelables dans le transport et à réduire les émissions de CO2. En 2020, l’objectif est d’atteindre 10 % d’énergies renouvelables. Cette disposition concerne surtout les véhicules datant d’avant 2000, les deux-roues motorisés et d’autres engins divers (tondeuses à gazon).

De l’avis de nombreux gérants de parking, la plupart des emplacements font 2,5 m de large pour 5 m de long. C’est suffisamment confortable pour y ranger son véhicule et sortir sans taper la portière dans celle du voisin. Autrefois, la largeur était de 2,2 m puis 2,30 m dans les années 80 pour atteindre 2,50 m actuellement. Cette augmentation suit la largeur des véhicules toujours plus larges et le succès des SUV. Les parkings tentent d’adapter les places mais ce n’est pas toujours possible. Plus d’espace individuel signifie moins d’emplacements globalement alors que ces infrastructures souffrent souvent de sous-capacité. Il faut aussi prendre en compte les emplacements spécifiques pour les personnes handicapées, les vélos, les végétaux imposés par certaines communes, etc. Du côté des constructeurs automobiles, on voit apparaître des solutions comme l’airbump, les aides visuelles et sonores ou encore le stationnement entièrement automatisé.

Aux États-Unis, la boîte manuelle ne pèse que 5 % du marché. Chez nous, la boîte manuelle domine le marché automobile. Pourtant, partout en Europe, on note un regain d’intérêt pour l’automatique. En 2016, plus d’une voiture vendue sur quatre était automatique. Plus besoin de débrayer, passer les rapports et embrayer. Un confort de conduite non négligeable surtout pour les longs trajets et la circulation dans les embouteillages. Plus de sécurité également puisque le conducteur garde les deux mains sur le volant. Pendant longtemps, la boîte automatique a eu le défaut de consommer davantage que la version manuelle. C’est nettement moins vrai aujourd’hui. Les versions actuelles changent de vitesse au bon régime alors qu’avec la boîte manuelle certains ont tendance à tirer plus dans les rapports. Seule ombre au tableau, elles coûtent plus cher à l’achat: entre 1.000 € et 2.500 € selon les modèles. C’est dû aux coûts de production, plus élevés, mais aussi au phénomène de l’offre et de la demande.

Certains prétendent que nos prochaines voitures, ne posséderont toutes qu’une seule pédale. Il existe déjà un modèle commercialisé: Nissan Leaf. Voiture 100 % électrique, sa seule pédale de droite permet de démarrer, accélérer, freiner (en relâchant le pied) et s’arrêter.

Certains conducteurs avec une fréquence de sinistres trop élevées, des sinistres en tort à répétition (à partir de 3 par an), des sinistres avec circonstances aggravantes (alcool, drogue, vitesse excessive, délit de fuite, conduite sans assurance, le jeune âge), ils ont fait l’objet d’une déchéance du droit de conduire ou ne payent pas de manière récurrente leur prime, peuvent se voire exclus de leur assurance. C’est parfaitement légal. Chaque assureur définit les limites et peut mettre fin au contrat. Les personnes mis à la porte, on beaucoup de mal à retrouver un assureur. Et c’est bien normal, le risque est trop grand. L’assureur peut éventuellement augmenter la prime ou la franchise. En dernier recours, il peut choisir l’exclusion. L’assuré débouté peut alors se tourner vers le Bureau de tarification qui lui fera une proposition de prime en fonction de son risque. C’est en moyenne 1.000 euros, soit environ trois fois plus que la moyenne des primes payées en Belgique pour une RC auto. Chaque année, le conducteur refait le tour des assureurs afin de trouver une compagnie prête à l’assurer à nouveau.

Entre ce que le constructeur affiche à la consommation et la réalité, il y a parfois tout un monde. Bien évidemment, de nombreux paramètres vont faire varier les chiffres comme le type de parcours, le chargement, le type de conduite. Le jour où vous faites le plein, notez directement le kilométrage 1. Conduisez normalement. Lorsque le réservoir est un peu en-dessous de la moitié, retournez à la pompe. Faites le plein. Notez le kilométrage 2 et le nombre de litres de carburant engloutis. Le calcul est le suivant:
– (nombre de litres X 100) ÷ (kilométrage 2 – kilométrage 1).
– Exemple: (37,05 l X 100) ÷ (35.650 – 35.000) = 3.705 ÷ 650 = 5,77 l au 100 km.
Pas besoin de tous ces calculs sur des véhicules récents. Le tableau d’affichage permet souvent d’afficher la consommation des derniers trajets. Pour avoir une information plus représentative, il est préférable d’étendre ces données sur une période plus longue.

Dispositif rétroréfléchissant de la forme d’un triangle, tronqué sur les extrémités et placé à l’arrière des véhicules lents et leur remorque. Ce triangle ne s’applique pas aux véhicules agricoles qui disposent de gyrophare(s) orange clignotant(s).

Je n’ai trouvé aucune information à ce sujet dans le Code de la route.

Le modèle de reproduction du C3 et du brassard ne sont pas définis par la loi et donc chacun peut y aller de sa fabrication personnelle du moment que le disque est régulier en la forme (puisque reproduction) et que le brassard reprend la disposition des couleurs et de la mention obligatoire.

On en voit de temps en temps mais il faut bien reconnaître qu’ils ne sont pas légion. Ils permettent d’avoir une meilleure visibilité sur le trafic masqué par des éléments (arbres, habitations, stationnement). Ce n’est pas la solution idéale car l’évaluation des distances est plus compliquée, surtout la nuit. En cas de pluie ou de neige, leur utilité est très limitée. De plus, ils doivent être régulièrement nettoyés.

Il faut d’abord préciser qu’elle est obligatoire pour la conduite d’un véhicule motorisé. En cas d’accident l’assurance responsabilité civile rembourse les dégâts matériels et corporels causés à des tiers. Elle couvre également les dommages causés à vos passagers ou à une personne à qui vous avez prêté la voiture. Elle est valable en Belgique et dans tous les pays mentionnés au verso de la carte verte. Enfin, sachez que l’assurance auto ordinaire ne couvre pas les dégâts à votre propre voiture si vous êtes en tort. Il faut pour cela prendre une omnium complète. Ne sont pas comptés non plus les dégâts occasionnés aux objets se trouvant dans le véhicule au moment de l’accident.

Vous pouvez compléter votre assurance avec des garanties telles qu’une protection juridique, une assurance du conducteur ou une omnium.

Eh oui, le soleil peut causer un éblouissement du conducteur et engendrer des accidents. Le mois de mars totalise 10 % des accidents et 12 % pour le mois d’octobre. Pourquoi ces mois en particulier ? Tout simplement parce le lever et le coucher du soleil coïncident avec les heures de pointe du matin et du soir. Les 4 mois critiques sont: mars, juin, septembre et octobre.

Eblouissement

Les “corps diplomatiques” ne sont pas logés à la même enseigne que le quidam en matière de roulage. Un diplomate intercepté pour suspicion d’alcoolémie au volant, ne pourra pas être soumis au dépistage. Si son état représente un danger pour la circulation, les forces de l’ordre peuvent l’empêcher de reprendre son véhicule mais c’est tout. Un policier ne peut pas non plus fouiller sa voiture ni la saisir et ne peut pas confisquer son permis de conduire.

En revanche, le diplomate doit s’acquitter des amendes de roulage. S’il ne le fait pas, le parquet en avertit le service du Protocole des Affaires étrangères qui joue les intermédiaires auprès de l‘ambassade pour faire payer le contrevenant. Cela dit, seulement 22 amendes sur 110 ont été payées pour 2017.

Les véhicules lents comme les véhicules agricoles sont limités à 40 km/h. Certaines peuvent rouler bien plus faiblement en fonction de leur chargement. Sur certaines voies rapides où la vitesse de 120 km/h est autorisée (2×2, berme centrale), ces tracteurs représentent véritablement un danger pour la sécurité routière. C’est le cas de la RN25 à hauteur de Genappe.

En février 2018, certains politiques se demandaient s’il ne valait pas mieux interdire ces véhicules. Rebaptiser cette chaussée en route pour automobiles serait une piste envisagée. Faut-il encore trouver une alternative pour ces tracteurs. Il n’est pas pensable de faire des kilomètres de détour à travers l’agglomération (dont de nombreuses écoles). En juillet 2018, l’accès aux tracteurs sera interdit aux tracteurs sur la RN 25.

Pour faire simple, il y a trois méthodes. La première consiste à se référer à la vitesse. La première va de 0 à 15 km/h. La seconde de 15 à 30 km/h. La troisième jusque 50 km/h, etc. Cela permet aux apprenants de mieux appréhender le moment propice. Cette méthode a un gros défaut. L’élève a tendance à détacher son regard de la route pour le porter sur le compteur de vitesse. Même chose pour le compte-tours. On admet généralement un passage de vitesse à 2.000 tours sur une diesel et 2.500 tours sur un véhicule essence. La troisième possibilité est d’écouter le vrombissement du moteur. Il ne doit être ni trop haut (sur-régime) ni trop bas (sous-régime). Avec la pratique et l’expérience, le changement de vitesse se fera machinalement sans même réfléchir.

Le bus est destiné au transport régulier. C’est-à-dire que ce sont des parcours établis à l’avance et le trajet est toujours identique. Dans un autobus, il n’y a pas de soute à bagages. À l’intérieur, il n’y a pas de ceintures de sécurité. Les personnes sont assises ou se tiennent à la main courante. Dans un autobus, le plancher est plus proche du sol pour une meilleure absorption des chocs.

L’autocar est destiné au trajets plus longs. Ce sont bien souvent des escapades touristiques ou du transport scolaire. Dans ce dernier cas, il y a des places assises avec ceinture. Une plaque jaune doit être affichée à l’avant et à l’arrière du véhicule. Elle permet d’informer les véhicules suiveurs d’arrêts fréquents afin d’embarquer ou débarquer des enfants.

Un rond-point comporte un dispositif central matérialisé. On trouve souvent tout autour un accotement dans un revêtement différent. Contrairement à ce que j’ai déjà entendu, il ne sert pas au stationnement. Il permet notamment aux grands gabarits de pouvoir tourner sans encombre. Il n’est pas vraiment nécessaire pour les voitures. On peut l’emprunter mais il faut éviter de le traverser pour couper la trajectoire au plus court.

Un bus articulé dans un rond-point

Depuis novembre 2013, les agents du contrôle technique vérifient que les voitures présentées sont en ordre sur le plan de l’assurance. Selon les statistiques, c’est un peu moins d’1,5 % du parc automobile. D’autres étaient en attente de papiers ou ne disposaient pas des originaux. L’absence de documents valides n’est pas sanctionnée par une amende. Le véhicule est contrôlé normalement. Par contre, le défaut d’assurance est mentionné sur le certificat de visite et envoyé à trois fichiers centralisés, un par Région. Le Fonds commun de garantie belge reçoit également une copie pour qu’il vérifie si ces véhicules sont finalement en ordre.

On pense souvent à tort que la place du mort se trouve à l’avant, côté passager. Selon une étude de l’AWSR, la place la plus meurtrière et qui occasionne de graves blessures est celle située sur le siège central arrière. Cela s’explique en partie en raison du non respect du port de la ceinture. Aussi, seuls les véhicules récents disposent d’un système à 3 points d’ancrage à la place d’une seule ceinture ventrale largement insuffisante.  Le conducteur est la deuxième personne la plus exposée à de graves blessures en raison de la proximité avec le volant et les pédales. Viennent ensuite le passager, le passager arrière droit et enfin le passager arrière gauche.

Précisons d’abord que la procédure ne vaut que pour la plaque arrière puisque la plaque avant n’est qu’une reproduction.

En cas de vol, vous avez du souci à vous faire puisque généralement c’est pour commettre des actes illicites comme un excès de vitesse, un vol à la pompe, un cambriolage… Le mieux est de prévenir sans attendre la police. Vous recevrez une attestation de déclaration de dépossession involontaire de votre plaque. Cette attestation est entièrement gratuite. Votre plaque est alors immédiatement radiée. Il faut ensuite faire la demande auprès de son assureur pour avoir une nouvelle immatriculation. La DIV vous enverra une nouvelle plaque avec un nouveau numéro. Aucune (nouvelle) taxe de mise en circulation ne vous sera réclamée.

Si c’est votre plaque avant qui est volée?
Il en va autrement si c’est votre plaque avant qui est volée (pas celle d’origine, mais celle reproduite). Dans ce cas, il suffit de faire réaliser une copie de votre plaque et de la fixer à l’avant de votre véhicule. Vous ne devez pas faire de déclaration de perte auprès de la police.

La pression se fait à froid. Le véhicule doit être arrêté depuis au moins 2 h ou il doit avoir roulé moins de 3 km à allure faible. Si le test est fait alors que les pneus sont chaud, il faut soustraire 0,3 bar.

Le niveau de pression est indiquée à divers endroits en fonction des véhicules. Il peut être inscrit dans la portière du conducteur, dans la partie interne du réservoir. En dernier recours, on peut consulter le manuel constructeur.

Il ne faut pas, comme on l’entend parfois, regonfler ses pneus en cas de neige ou de verglas. Le contrôle se fait une fois par mois. On doit ajuster la pression uniquement en cas de chargement (transport) ou de longue distance (vacances).

Outre la couleurs et d’autres éléments distinctifs, la question porte surtout sur le système de fixation. En France, la plaque doit être rivetée car elle suit le véhicule. En Belgique c’est différent puisque la plaque suit le conducteur. Après avoir vendu son véhicule, on récupère ses plaques pour les mettre sur son nouveau véhicule.

Il y a plusieurs possibilités. bPost peut s’occuper de ça. Vous allez dans un point poste et vous demandez pour renvoyer la plaque à radier à la DIV. Cela coûte une dizaine d’euros. Le mieux est de vous rendre au bureau central (rue du Progrès 56) qui se trouve près de la gare du Nord. Soit vous la déposez dans une grande caisse en bois près des guichets. C’est gratuit et vous n’êtes pas obligé d’attendre votre tour. Soit le bureau est fermé et vous la déposez dans une caisse placée à l’extérieur. Vous recevrez plus tard le courrier de radiation.

Boîte extérieure de la DIV

C’est une question posée lors d’un examen pour le permis C. Un agent de police témoin d’un accident peut être témoin pour la rédaction d’un constat à l’amiable. S’il y a contestation d’une des deux parties, le policier peut faire alors un PV. En revanche, ce qui est interdit c’est un policier impliqué dans un accident de roulage ne peut ni être témoin ni faire le PV. Il est juge et partie. Il doit alors faire appel à une autre équipe de police pour la rédaction du PV.

Oui et non. Cinquante-deux pour cents  des autoroutes ne disposent pas de limitation de vitesse. Les autorités conseillent néanmoins de rouler à 130 km/h. Un allemand sur deux roule à plus de 130 km/h sur ces routes. Il faut dire que c’est le pays des grosses berlines comme Mercedes, BMW, Audi… Aussi, le réseau routier allemand est en parfait état.

Certains piétons, et notamment les plus âgés, demandent parfois aux autorités compétentes d’étendre le temps lorsque le feu piéton passe au rouge alors qu’ils sont déjà engagés. Il faut savoir que la norme sur laquelle est établie le temps nécessaire au passage pour piétons est d’une seconde pour chaque mètre. Autrement dit, une une vitesse de 3,6 km/h. Cela donne le loisir à chacun de faire sa traversée à son rythme. Reste ensuite, le temps d’attente dès que le feu rouge piéton passe au rouge. Le Code précise qu’une fois engagé au vert, les piétons peuvent continuer leur traversée à un rythme normal. Ils restent donc prioritaires. Évidemment, octroyer du temps à certains usagers se ferait au détriment du temps octroyé à d’autres.

Selon le porte-parole de Bruxelles Mobilité: « Le cycle optimal d’un carrefour moyen se situe entre 75 et 90 secondes, temps pendant lequel tous les sens de circulation et tous les usagers doivent recevoir leur phase de vert. »

À partir de janvier 2019, la facture sera de 60 euros pour tout le monde. Cette décision provient de Maggie De Block. Elle veut mettre fin aux différents tarifs. Avant cette date, le tarif était variable selon différents paramètres: le point de départ de l’ambulance, l’endroit de la prise en charge, l’hôpital de destination, le service d’urgence demandé, etc.  Globalement, le prix moyen des frais d’ambulance était de 130 euros, remboursés en partie par la mutuelle.

Nicolas confie sa voiture à Carglass pour un impact dans sa vitre. Un des employés en profite pour piquer une pointe à 148 km/h là où la vitesse est limitée à 50 km/h. Sauf que, la Volvo du conducteur est équipé d’une option appellée On Call complétée par une application permettant de suivre à la trace son véhicule et d’enregistrer les vitesses. Pratique dès lors qu’on décide de confier son bolide à un garage, un ami, un collègue.

Voir: Volvo On Call

On retrouve surtout les benzodiazépines (somnifères, calmants, antiépileptiques), les antalgiques (antidouleurs, codéine), les antidépresseurs, les antipsychotiques, les gouttes pour les yeux et les antihistaminiques. Les somnifères et tranquillisants, ainsi que les antalgiques forts, induisent notamment la somnolence, la distraction, une baisse de la coordination et une réduction des capacités de réaction. Leur consommation peut multiplier le risque d’accident par 2 à 10, soit un effet comparable à une alcoolémie entre 0,5 et 0,8‰. En cas de consommation combinée de médicaments et d’alcool, le risque est alors de 20 à 200 fois plus élevé ! Le risque est plus important pour les consommateurs occasionnels et débutants que pour les consommateurs chroniques, ainsi que lorsqu’on combine plusieurs de ces médicaments.Vias

Contrairement à l’alcool ou aux drogues, il n’existe pas de “médicatest” qui permet aux policiers de détecter les conducteurs sous l’influence de médicaments. Néanmoins, la conduite dans un état analogue à l’ivresse résultant de l’emploi de médicaments est punissable.Vias

Laisser un commentaire

*

Les champs obligatoires sont marqués