Comme l’indique l’article 62ter, les signaux lumineux spéciaux sont destinés à régler la circulation des véhicules des services réguliers de transport en commun, comprenez les trams et les bus. En plus des conducteurs de trams et de bus autorisés à circuler sur un site spécial franchissable, il y a les catégories admises par un pictogramme (cycliste, cyclomoteur, motocyclette, autocar, M2 et M3) ainsi que les véhicules autorisés à franchir cet espace repris à l’article 72.6.

❖ Les différentes phases

En réalité, ce n’est pas bien difficile à comprendre. Les feux spéciaux sont placés dans le même ordre que les feux du système tricolore: rouge au-dessus, vert en dessous et jaune-orange entre les deux.

  1. Une barre horizontale a la même signification que le feu rouge.
  2. Un cercle a la même signification que le feu jaune-orange.
  3. Un triangle sur pointe à la même signification que le feu vert.
  4. Une barre verticale signifie l’autorisation de poursuivre sa route uniquement tout droit.
  5. Une barre inclinée à 45° vers la gauche ou la droite signifie l’autorisation de poursuivre sa marche uniquement dans les directions indiquées par la barre.
  6. Un cercle clignotant a la même signification qu’un feu jaune-orange clignotant.

 

Feux spéciaux destinés aux trams et bus

Très peu de gens le savent mais en mars 2014, le feu sous forme de rond devient clignotant et s’ajoute à la liste. Il équivalent au feu orange clignotant. À nouveau, il fonctionne sur le même principe des feux tricolores: il annonce le passage prochain au feu rouge.

D’après le spécialiste M. Caelen, ces feux spéciaux ne peuvent être disposés que sur les sites spéciaux franchissables (et sites propres) et non sur les bandes bus.

❖ Placement du feu spécial

Il arrive qu’un feu tricolore se trouve à côté d’un feu spécial. Généralement les deux sont synchronisés pour aller de pair. Dans certains cas, le feu spécial s’allume quelques secondes avant le feu vert. Cela permet aux véhicules circulant sur un site spécial franchissable (ou un site propre) d’aborder le carrefour sans être gêné par le trafic des autres bandes de circulation. Le bus, contrairement au tram, doit respecter le Code de la route. C’est ce qu’il fait en se conformant aux feux spéciaux.

Dans l’exemple ci-dessous, le tram est sur un site propre. Les piétons descendent et rejoignent le refuge. Les feux spéciaux sont installés situés au même endroit. Au signal, le tram peut s’engager dans le carrefour. Si le feux spécial du bas est vert, il signifie que le tram peut continuer s’il va tout droit, tout comme les automobilistes situés sur la chaussée. Le feu du haut concerne les trams qui tournent à droite à l’intersection. Il est naturellement rouge.

Tram, feux spéciaux
feux spéciaux (av. Vanvolxem)

Ci-dessous, les feux sont regroupés. Le site spécial franchissable est à gauche. Les deux bandes de circulation pour les véhicules automobiles sont à côté du SSF. Le positionnement des feux respecte la disposition des lieux.

Feux spéciaux
feux spéciaux (av. Brugmann)

Ci-dessous, les feux spéciaux sont un peu mélangés.  Les véhicules se trouvent à droite du site spécial franchissable. Ils peuvent aller tout droit ou tourner à droite après le feu. Ils doivent respecter le feu tricolore. Pour les feux spéciaux, le premier (la barre verticale) concerne les bus qui continuent tout droit. Le deuxième (l’oblique à droite) se réfère aux trams qui changent de direction à droite sur leur site propre.

feux spéciaux (chée de Waterloo)
Feux spéciaux
feux spéciaux (chée de Waterloo)

❖ Feu spécial étrange, non conforme

Le premier feu spécial étrange est un feu rond. En principe, son intérêt est d’annoncer le passage au rouge. Il a la même signification que le feu rouge sauf qu’on peut le franchir dans un cas très particulier où le conducteur n’est pas en mesure de s’immobiliser sans créer un accident. Le feu spécial suivant agit différemment. Alors que le feu est “rouge”, il prévient du passage à la phase “verte”.

Dans les feux oranges clignotants, il existe celui qui vient en lieu et place du feu vert (cf. « Le feu orange clignotant »). Sur la place Royale de Bruxelles, face à la statue de Godefroid de Bouillon, on trouve un feu triangulaire clignotant. C’est inédit et non conforme puisque la réglementation ne le prévoit pas. Sur ce site spécial franchissable, les cyclistes sont autorisés de circuler. L’article 72.6,§9 prévoit que les usagers concernés doivent se conformer aux feux spéciaux. Selon moi, si ces derniers sont non conformes, les conducteurs autorisés doivent se référer à la signalisation verticale. Dans ce cas, c’est un feu orange clignotant qui renvoie donc au signal routier de priorité (dans ce cas un céder le passage). N’était-il pas plus simple de mettre un feu blanc en forme de cercle clignotant à la place ?