Une roue neuve ou usée peut être déséquilibrée, c’est-à-dire qu’elle comporte un balourd sur le pneu ou la roue. À faible allure ça ne se ressent pas. À vitesse plus importante (entre 90 et 120 km/h), on ressent des tremblements dans le volant appelés shymmy. C’est évidemment néfaste pour les roulements, les pneus, la suspension, la direction mais aussi toutes les autres pièces de la voiture. La technique est de placer des contrepoids en plomb sur la jante à l’opposé du balourd. Ca se fait grâce à un banc d’équilibrage qui va déterminer le poids du plomb et l’endroit exact de son placement.

Pour bien se rendre compte du phénomène, il suffit de détacher sa roue avant de vélo. Coller un poids à un endroit du pneu. Faire tourner la roue et attendre qu’elle s’arrête. Grâce à l’attraction, la partie la plus lourde de la roue sera toujours vers le bas. À faible allure, ça ne se ressent pas mais ça peut être un vrai problème de sécurité notamment pour les motards.

Dans le petit atelier de mon quartier, il est possible de demander un équilibrage des pneus. Ça coûte 5 € par roue. Si vous faites changer les pneus, l’équilibrage est fait d’office avant la placement des nouveaux pneumatiques. 

Pour l’anecdote, j’ai eu une question sur ce sujet à l’examen oral des moniteurs. Sur les roues en acier, le contrepoids peut être déplacé involontairement par l’élève lors du créneau. Le frottement de la jante avec la bordure, désaxe le contrepoids.

À ne pas confondre avec la géométrie.