Dans un carrefour ordinaire, il y a deux phases: les voitures ont le feu vert dans un sens et le rouge dans l’autre sens. Après un délai, c’est l’inverse. Dans le carrefour à trois phases, on ajoute un temps pour que des conducteurs vireurs à gauche puissent passer en toute sécurité. Cela allonge le temps d’attente des conducteurs mais aussi des piétons. Il y a aussi un risque de démarrage par négligence en voyant la voiture à ses côtés démarrer. L’avantage est celui de la priorité donnée aux “tourne-à-gauche”.

À Bruxelles, il en existe plusieurs: bd du Lambermont, bd Général Jacques, Quai des usines au pont Van Praet. Il faut évidemment que les lieux rendent l’aménagement d’une voie d’évacuation suffisamment longue et que le croisement éventuel se fasse à l’indonésienne (par devant). C’est un aménagement différent d’un feu ordinaire avec voie de stockage comme pour monter sur le ring à Dilbeek.