Contrairement à ce que pensent les débutants ce n’est pas un frein à part entière. Le principal frein s’exerce sur la pédale. C’est le plus puissant¹. Il agit sur les quatre roues mais davantage sur les roues avant en raison du transfert de masse. Dans certaines conditions, on assiste ce freinage avec le frein-moteur. Cela permet de soulager un peu les plaquettes de freins (ou les garnitures des tambours). Pour y arriver, on rétrograde les vitesses. On passe d’un rapport supérieur à un rapport inférieur. Plus la vitesse est haute, moins le frein-moteur est efficace. Le frein-moteur de la 5e à la 4e est faible, un peu plus efficace de la 4e à la 3e, très efficace de la 3e à la 2e. On n’utilise pas de frein-moteur de la 2e à la première (sauf allure faible ou intersection avec très peu de visibilité). Quand on rétrograde, on freine d’abord, on débraye, on relève l’embrayage jusqu’à entendre le moteur puis on relâche l’embrayage. Il faut absolument éviter le phénomène de roue libre, c’est-à-dire désaccoupler le moteur de la boîte de vitesses soit en mettant le point-mort soit en laissant son pied enfoncé sur l’embrayage.


¹ Dans un freinage d’urgence, on pile sur la pédale de frein et on ne s’amuse pas à rétrograder.