Il n’existe pas de définition officielle. Pourtant, l’immobilisation est le terme employé pour désigner un véhicule arrêté (il ne bouge plus) mais se trouve toujours dans le flux de la circulation. Ce n’est donc pas un « arrêt » ni un « stationnement » au sens du Code e la route. On est immobilisé aux barrières d’un passage à niveau, au feu rouge, dans les embouteillages, en cédant la priorité, etc.

Dans certains cas, l’interdiction d’immobiliser son véhicule est claire comme à l’art. 14.2; on ne peut s’engager dans le carrefour que si l’encombrement est tel qu’on sera probablement immobilisé. En revanche, sur une zone en damier (cf. art. 77.8), l’arrêt et le stationnement sont interdits mais pas l’immobilisation. Pourtant, même si certains aménagements ne nous permettent pas de ne pas s’immobiliser, on ne peut gêner les trams qui circulent en site propre ou sur un site spécial franchissable.

À l’article 27quiquies l’immobilisation du véhicule par l’appose d’un sabot est à considérer comme un empêchement à déplacer le véhicule en stationnement.