L’article 37 aborde les “véhicules prioritaires”. On précise que les feux bleus et/ou la sirène ne peuvent être utilisés que si la mission est urgente. Le Code de la route ne spécifie qu’un seul cas où la mission est urgente. Elle concerne la circulation sur la bande d’arrêt d’urgence par les véhicules prioritaires (art. 9.7). Ce n’est évidemment pas le seul cas dans le quotidien mais c’est le seul repris dans les textes juridiques. Cela laisse donc ces conducteurs (VPMU) à une libre interprétation de ce qu’est une mission urgente. Dans tous les autres cas, le texte de loi spécifie “si la mission le justifie”. Cela signifie que la mission peut ne pas être urgente. Quelques exemples:

L’usage des seuls feux est parfois remis en question. Certains conducteurs pensent à tort qu’ils s’agit d’une mission urgente et qu’ils doivent céder le passage. Il est vrai aussi que la conduite agressive de certains véhicules prioritaires avec les feux bleus allumés laissent à penser qu’il y a urgence. Pourtant, dans un souci de limiter les nuisances sonores, la sirène est coupée: de nuit, à l’approche des hôpitaux afin de limiter l’inconfort des riverains habitant à proximité, etc. Du coup, les privilèges accordés aux VPMU ne sont plus valables. Le gouvernement de 2020 devra se pencher sur la question avec la sortie d’une nouvelle mouture du Code de la route.

Les citoyens qui douteraient de la nécessité d’utiliser un code 3 (feux + sirène), peuvent toujours en référer au comité P s’ils pensent qu’il y a abus. Ces conducteurs ne sont pas au-dessus des lois et doivent répondre de leurs choix afin de limiter les abus.