Partie de la voie publique réservée à la circulation des [conducteurs de] bicyclettes et des [conducteurs de] cyclomoteurs à deux roues classe A [délimitée] par les signaux D7, D9 [piste cyclable séparée] ou par les marques routières prévues à l’article 74 [deux lignes discontinues parallèles de couleur blanche, entre lesquelles la largeur n’est pas suffisant pour permettre la circulation des véhicules automobiles], [piste cyclable marquée]. La piste cyclable ne fait pas partie de la chaussée. — { CdR, art. 2.7 }

signaux d'une piste cyclable

On parle bien de “bicyclette”, à savoir un cycle à deux roues. Un gokart est un cycle mais possède 4 roues et ne peut donc pas circuler sur la piste cyclable. À l’heure actuelle (2019), il existe de plus en plus de variantes à la bicyclettes que ce soit le triporteur pour le transport de marchandises ou le déplacement des enfants. En juillet 2019, tous ces engins à plus de deux roues ont été repris dans la catégories des cycles. Ils peuvent donc emprunter un chemin réservé, une zone piétonne, une rue scolaire… pour autant que la largeur ne dépasse pas un mètre.

Les engins de déplacement dont l’allure est supérieure à 5 km/h et inférieure à 18 km/h sont également obligés de suivre la piste cyclable. Les cyclomoteurs de classe B peuvent suivre une piste cyclable si la vitesse est limitée à 50 km/h. Ceux-ci sont obligés si la vitesse est supérieure à 50 km/h.

Sur une piste cyclable, il n’y a aucune obligation de rouler à droite. En revanche, les autres règles de circulation telles que le croisement et le dépassement restent d’application. Les cyclistes et cyclomotoristes peuvent y rouler à deux de front ou plus. Sur la chaussée, seuls les cyclistes peuvent rouler à deux de front.

À lire aussi: la « bande cyclable suggérée ».