En principe, chaque conducteur doit veiller à vérifier la pression de ses pneumatiques une fois par mois. Elle se vérifie à froid, c’est-à-dire quand les pneus ne sont pas chauds (moins de 3 km à faible allure ou attendre deux heures). Si les pneus sont chauds, il faut ajouter 0,3 bar. Pour ce faire, il suffit de se rendre à une station service. La plupart disposent d’une borne de gonflage accessible soit gratuitement soit pour une modique somme.

Risques — Des pneus sous-gonflés ne sont pas sans conséquences. Ils augmentent la distance de freinage et altèrent les performances en cas d’aquaplaning. Ces pneus mal gonflés ont une surface de contact plus importante avec la route. Ils augmentent ainsi la résistance au roulement. L’effort à fournir par la voiture est plus important et cela impacte donc la consommation de carburant. Inversement, des pneus surgonflés n’est pas bon non plus. Ils adhèrent moins bien à la route et l’usure est plus rapide. La seule indication d’un surgonflage concerne les longs voyages ou un chargement important.

Informations — Pour connaître la pression idéale, il convient de regarder ces informations dans le manuel utilisateur. Ces données sont parfois inscrites dans le montant de la portière côté conducteur ou au verso du clapet du réservoir à carburant.

informations sur la pression des pneus
données relatives à la pression des pneus
infos sur la pression des pneus sur le clapet du réservoir

À noter que de nombreux véhicules récents sont équipés d’un système de contrôle automatique du gonflage pour chaque pneu (SAPP). Un capteur est disposé sur chaque roue. En cas de défaillance, un voyant apparaît sur le tableau de bord.