Ce radar est placé dans une pseudo poubelle publique noire pour le rendre plus discret. Il existe depuis 2018 dans certaines zones de police qui l’utilisent ponctuellement. Grâce à sa connexion 4G, les données sont transmises à un véhicule de contrôle placé à proximité. Cela évite aussi de vandaliser ou voler le NK7. Il est modulable, c’est-à-dire qu’il peut être placé sur un trépied, équipé sur le devant d’un véhicule, disposé sur un pont ou caché dans un objet anodin. Il flashe de jour comme de nuit, dans les deux sens et il peut enregistrer des vitesses jusqu’à 6 bandes de circulation. Contrairement au radar fixe, il ne doit pas être spécifiquement annoncé. Cela évite le freinage soudain des automobilistes avertis par des applications de navigation ou d’autres systèmes d’alerte.

radar poubelle
radar poubelle (© SecuRoad)

Le camouflage des radars fait souvent polémique dans les médias. En février 2021, la presse fait ses grands titres avec un radar placé le long de l’E411 et caché par un treillis militaire. De cette manière, l’appareil de contrôle passe inaperçu. Ce radar dissimulé est très utile surtout quand le sol est glissant (neige, pluie, verglas) et évite les freinages brusques des automobilistes alertés. Ce dispositif est tout à fait légal et régulièrement utilisé en Flandre.