Sur certaines automobiles récentes, le volant d’inertie (ou volant moteur) est composé de deux masses liées entre elles par un ressort. Une des masses est solidaire du vilebrequin, la masse secondaire est solidaire de la transmission, les deux étant reliées par des taquets, un roulement à billes et des ressorts. Cela constitue un dispositif d’amortissement absorbant les trop fortes variations d’énergie cinétique, réduisant ainsi les sollicitations en torsion de la transmission.

Ce volant bi-masse est apparu depuis la fin des années 90. Il permet de réduire les bruits et vibrations émis par les moteurs diesel. Cependant, ils se révèlent plus fragiles et causent un grand nombre de pannes. Les ressorts situés dans les volants moteurs bi-masse finissent par s’user et céder provocant un dysfonctionnement répercuté directement sur l’usure de l’embrayage. Du coup lorsque le volant moteur lâche il faut généralement changer en même temps l’embrayage, ce qui alourdit de considérablement la facture.