Vous avez presté vos 300 heures de stage obligatoire. Vous avez rempli la demande au SPW pour vous inscrire à la leçon modèle (AE006-2). Vérifiez que votre auto-école à fait le nécessaire de son côté. Il y a cinq sessions par an. L’épreuve est gratuite. Dix jours avant la leçon-modèle, vous recevez un courrier officiel pour vous inviter à vous présenter. Ce courrier est accompagné du déroulement de l’épreuve. Vous ne recevez aucune consigne pour savoir comment vous préparer. À vous de vous débrouiller.

❖ La leçon modèle: 40 % de réussite

On peut penser que cet examen n’est qu’un prolongement du parcours pour devenir instructeur. C’est en partie vrai. Plus vous donnez cours, plus vous rencontrez des situations nouvelles et plus vous affinez votre façon de faire. Raison pour laquelle, il ne faut pas se précipiter. Le délai est de deux ans, donc rien ne presse. L’idéal est de donner cours pendant au moins un an pour avoir une vue d’ensemble des différents profils, des difficultés récurrentes, des situations à tenir sous contrôle, etc. À l’inverse, il ne faut pas trop attendre. Vous devez envisager l’échec comme une possibilité. Même bien préparé, on n’est pas à l’abri de malchance. Prévoir une sortie de secours permet d’être plus serein. D’autant plus, qu’une leçon-modèle ratée vous oblige à refaire tout le stage ! Après trois échecs, vous êtes renvoyé à la première case !

Selon différentes sources, le taux de réussite est de 40 %. Parmi ceux qui ratent, certains ont pris la chose à la légère, sans trop se préparer. Ils ne devaient pas être présents mais finalement ils se sont inscrits. D’autres, ont eu 2 heures de théorie sur le déroulement du stage. Ne donnez pas trop d’importance aux témoignages d’anciens moniteurs. Ce qui était vrai auparavant n’est plus vrai maintenant. Questionner les stagiaires qui viennent de passer leur leçon. Ils vous diront tous de bien vous préparer. On ne fait pas ça, le coin d’une table sur son temps de pause. Il faut élaborer un support écrit détaillé et organisé, venir plusieurs jours en repérage (découvrir les lieux, trouver son parcours, s’exercer), s’entraîner sur le terrain de manoeuvre pour se mettre en situation. Il faut donner cours sérieusement comme si c’était l’examen et avec l’aide d’un autre moniteur pour vous améliorer.

Renseignez-vous auprès de votre auto-école pour l’encadrement et la partie opérationnelle. Le directeur dispense peut-être d’une formation théorique/pratique. Met-il à votre disposition un véhicule le jour de votre passage ? Même si bon nombre d’auto-école prennent tous ces frais à leur charge, certaines grosses boîtes font payer les prestations et le service rendu. Ils ne veulent pas prendre le risque d’investir alors que l’élève indépendant peut se barrer une fois son brevet réussi. C’est dire toute la confiance qui existe entre moniteur et direction. Pour la location de la voiture, c’est environ 170 €. Pour la préparation aux 8 leçons, c’est environ 150 euros.

En France, avant de devenir diplômé (eh oui, c’est bien un diplôme) comme instructeur à la conduite, il y a deux ans de formation. Chez nous, vous faites vos examens écrits, oraux, votre stage et basta. Si votre maître de stage n’est pas très motivé, vous apprendrez ce qu’il veut bien vous donner. Du coup, ce que vous enseignez tous les jours n’est pas toujours en adéquation avec les attentes du jury. Les examinateurs sont souvent plus expérimentés et aguerris à l’exercice.

❖ L’examen: écrit, terrain privé, voie publique

L’ensemble de l’épreuve est cotée sur 60 points. Pour réussir, il faut 60 %, donc au moins 36 points.

  • 10 points pour la préparation écrite
  • 20 points pour la leçon sur terrain privé
  • 20 points pour le cours sur la voie publique
  • 10 points pour le débriefing

1. Préparation écrite

Vous arrivez avec votre voiture d’auto-école. Vous annoncez votre présence à l’accueil. Vous êtes dirigés vers la salle d’examen. À Louvain-la-Neuve c’est la classe qui sert à passer la théorie au permis de conduire. La responsable distribue les feuilles de rédaction et de brouillon. Elle passe devant chaque stagiaire et propose les 8 sujets sous forme de fiche. Le premier tire son sujet. Il est annoté sur sa feuille. La fiche est remise dans le lot et les cartes sont rebattues. Le second tire son sujet et ainsi de suite. Il se peut que plusieurs participants tirent le même sujet. Ensuite, la surveillante quitte les lieux et vous avez 1h30 de rédaction. Vous pouvez sortir dès que vous avez terminé. Vous remettez votre copie au secrétariat et vous attendez qu’on vous appelle pour la suite. Ça peut prendre du temps en fonction des disponibilités du jury. On vous appelle et on vous présente votre élève. À vous de jouer.

2. Leçon sur le terrain de manoeuvre

La deuxième partie se fait sur terrain privé. Des barrières jaunes représentent des voitures. En principe, vous êtes venu en repérage et vous savez où faire votre manoeuvre. Vous avez 15 minutes maximum pour présenter votre leçon. Ça peut aller plus vite si tout a été dit. Certaines leçons, comme les pédales et le levier de vitesse, peuvent être données sur le parking. La leçon du démarrage en côte se donne sur la voie publique. Il faut donc prévoir un endroit sur, ou tout proche, votre parcours. A ce stade, il faut considérer l’élève ayant juste le niveau de compétence pour la leçon. Si la leçon concerne l’actionnement des pédales, le pseudo-élève est encore novice. Il a juste vu les deux premiers cours « Les précautions à prendre avant de monter et descendre du véhicule» et « La position assise et l’actionnement du volant ».

3. Cours sur la voie publique

La troisième partie se déroule sur la voie publique. Là, dans ce jeu de rôle, l’élève a pratiquement fini ses 20 heures de conduite. Il vous reste 20 minutes pour évaluer son niveau. Vous le guider vers votre parcours. Vous devez bien sûr connaître toutes les subtilités du trajet pour ne pas vous faire surprendre par votre élève. Il faudra être extrêmement attentif au comportement de l’élève et être prêt à intervenir rapidement. Il ne donnera jamais un coup de volant brutal comme on l’entend parfois. Premièrement parce que c’est difficile à anticiper. Deuxièmement, il tient à sa vie et celle de ses occupants. En revanche, il s’est entendu avec l’inspecteur du Ministère sur des erreurs à commettre. Il faut donc être capable de laisser faire quand il roule correctement mais intervenir immédiatement s’il fait un écart. Ca peut être bénin comme le coude sur la portière ou plus dangereux comme un refus de priorité à droite. Gardez bien à l’oeil le compteur pour ne tolérer aucun excès de vitesse. Quoi qu’on en dise, le cadre doit être plus stricte que lors d’une vraie leçon.

4. Débriefing

La dernière partie concerne le débriefing. Une fois arrivé sur le parking du centre d’examen, vous faites un compte-rendu global de la prestation de l’élève. Pour bien faire, il faut commencer par aborder les points positifs. Ensuite, énoncer les points d’amélioration. Si l’élève a eu tendance à avoir le pied lourd en faisant régulièrement des petits excès de vitesse, arrivait beaucoup trop vite sur des C43, il représente un danger pour lui et les autres. Un petit dépassement de la vitesse aujourd’hui devient un gros excès de vitesse demain. Si le pseudo-élève se justifie sans cesse, c’est qu’il ne prend pas conscience du danger aussi bien pour lui que pour les autres usagers. Si tel est le cas, il faudra lui proposer de s’améliorer sur des points précis grâce à 2 ou 4 h de cours pratique supplémentaires.

❖ Après l’examen

Une fois rentré au centre, le jury délibère 5 minutes dans un local. Il vous appelle pour vous donner un feed-back et la décision. Vous savez immédiatement si vous avez réussi ou non. Dans le premier cas, vous recevez un document pour faire votre demande d’autorisation d’enseigner. Vous devez joindre une copie de votre permis de conduire estampillé “sélection médicale” et un extrait de casier judiciaire modèle 596 al 1-7. Ce document peut être obtenu le jour même en ligne. Dix jours plus tard, vous recevez ledit document. Il ne reste plus qu’à modifier votre permis de conduire pour y ajouter le code 103.