Ces derniers temps, les routes bruxelloises ne cessent de changer. Il y a eu la limitation de vitesse du ring à 100 km/h, la généralisée de la zone 30 dans toute la Région mais aussi tous ces aménagements de voirie au profit des cyclistes. Force est de constater que ce gouvernement Ecolo veut marquer les esprits en réduisant la place dédiée aux automobilistes au profit des deux roues. On voit apparaître des rues cyclables, des pistes cyclables séparées ou marquées. La politique est d’y aller tête baissée quitte à se passer de la concertation communale ! La précipitation amène à des erreurs de marquage. Il faut alors le retirer. Il existe des outils puissants et très efficaces pour ça. Il y a une autre méthode bien moins onéreuse et plus rapide: repeindre le marquage en noir. Sauf que le résultat est médiocre.

Il suffit de circuler en voiture par temps pluvieux ou en fin d’après-midi pour se rendre compte du très mauvais rendu d’un recouvrement en noir. Les élèves, et les conducteurs en général, ne savent plus s’ils peuvent ou non rouler sur la « piste cyclable ». En effet, s’il s’agit d’une piste cyclable au sens juridique, elle ne fait pas partie de la chaussée et les automobilistes ne peuvent pas rouler dessus. Dans les autres cas, il s’agit d’une bande cyclable suggérée.