Ha, la mécanique ! Tout un programme. En 2014, j’ai passé mon premier examen oral. Un véritable calvaire ! Bien sûr, le ressenti est différent de chaque élève en fonction de son niveau de connaissance. Cela dépend également du sujet. Expliquer une boîte de vitesse automatique c’est plus compliqué que d’expliquer le système de refroidissement d’un moteur. Et puis, il y a les examinateurs. Alors oui, j’ai rencontrés des jurés calmes, à l’écoute et qui essayent de reformuler la question pour nous guider vers la bonne réponse. En revanche, et ce ne sont pas des cas isolés, certains éprouvent un malin plaisir à aller chercher la petite bête. Ils sont complètement déconnectés du travail quotidien d’un moniteur de pratique. L’un deux m’a expliqué que je serai peut-être amené à former des étudiants en école d’ingénieur. Qu’on se le dise: les élèves se moquent bien de savoir comment fonctionne un servo-frein ou à quoi sert du carrossage positif. Ils viennent pour rouler, pratiquer et obtenir leur permis. C’est d’ailleurs pour ça qu’ils payent. Et les élèves en manque de savoir théorique peuvent toujours se rendre chez un garagiste professionnel bien plus compétent qu’un moniteur.

❖ Apprendre la mécanique dans les livres

En 2020, je me suis promis de m’y remettre et de repasser les tests. J’ai potassé dans les mêmes syllabus de ma formation initiale. L’écrit s’est bien passé. En revanche, l’oral a été un calvaire et j’ai échoué. Non pas que les examinateurs sont des méchants mais je ne m’étais pas suffisamment préparé. J’ai été obligé de repasser l’écrit et l’oral. Heureusement, j’ai eu une dispense en Code de la route. Pour l’oral, j’avais décidé de m’y prendre autrement et d’avoir une approche plus pragmatique.

J’ai acheté les deux volumes de « Technologie fonctionne de l’automobile ». Ce sont des livres souvent recommandés. Pour ma part, je trouve qu’ils sont indigestes, inesthétiques et trop techniques. Ca ne me convient pas du tout ! Si vous le comparez au syllabus des élèves en mécanique à l’Atelier des Arts & Métiers c’est de haut vol. Bien entendu, les livres c’est une question d’affinité. À chacun de tester dans lequel il se sent le plus à l’aise. Un conseil: compulser les ouvrages avant de les acheter. Il y a une librairie spécialisée, bd du Midi.

librairie du Midi
librairie du Midi (Anderlecht)

❖ Toutes les occasions sont bonnes à prendre

Mettez la main à la pâte dès que possible. Toutes les occasions sont bonnes pour se renseigner. Votre voisine doit apporter sa voiture au garage ? Accompagnez-la. Vous devez faire l’entretien annuel de votre voiture? Demandez pour assister aux vérifications. En principe, il n’y a pas de problème si vous respectez les règles de sécurité et que vous ne touchez pas à tout.  Votre amie est en panne de batterie ? Foncez la dépanner. Vous connaissez un ami bricoleur sur des anciennes voitures ? Allez voir ce qu’il fait. De votre côté, n’hésitez pas à ouvrir votre capot et essayez de repérer les éléments. Dans le doute, consultez le mode d’emploi. On y apprend plein de trucs !

❖ YouTube est un bon complément

Certains diront qu’il y a tout sur internet. Le problème c’est qu’il y a tellement de contenu qu’on ne sait plus où donner de la tête. Pour ma part, je suis aller régulièrement consulter les articles du site Fiches-Auto. L’approche est destinée au quidam et c’est richement illustré. Le principe est de vulgariser la mécanique sans entrer dans les détails techniques qui n’intéressent que les professionnels. YouTube est également une excellente source d’information pour comprendre le fonctionnement des pièces. Si vous n’avez jamais vu fonctionner un moteur, le site How a car engine works est un très bon début. Je conseille la chaîne de Thomas Schwenke dans la partie mécanique automobile.  Dans le même style, il y a Learn Engineering (fr). Plus ancien mais tout aussi instructif, Autobayad tiré d’un DVD. Je vous déconseille les amateurs qui dispensent de tutos. Souvent, ils découvrent eux-mêmes la mécanique et leurs connaissances sont empiriques.

Pour ceux qui comprennent l’anglais, How a car works est un petit bijou à petit prix (22 euros). On vous explique tout le fonctionnement du moteur et ses composants en vidéo. Un gros travail d’animation est fait à des fins pédagogiques. Un fichier PDF de plus de 200 pages est fourni gracieusement.

how a car works
capture du site “How a car works”

❖ Formation payante

La fédération des auto-écoles agréées de Belgique organise périodiquement des formations pour futur instructeur. Il est possible de n’assister qu’au cours de mécanique. La formation en présentiel se déroule en soirée à Fontaine l’Évêque, près de Charleroi. Elle coûte environ 200 euros. À faire si vous partez de rien et que vous savez vous libérez quelques soirées par semaine. Selon mes sources, les résultats de réussite au premier passage sont plutôt bons.  Vous pouvez aussi acheter le cours en version papier (75 €) ou PDF (50 €) mais ça ne remplace jamais une dynamique de classe. Pour avoir compulsé le cours, il est très complet et l’approche n’est pas trop technique.

❖ Trouver un mécano pensionné et passionné

Au début, je me suis rendu chez des garagistes indépendants. On apprend plein de choses à leurs côtés. La difficulté c’est que leur travail est prenant. Il y a souvent des clients et il est difficile d’avoir des échanges de plus de 10 minutes. Après plusieurs recherches, j’ai finalement trouvé un mécanicien à la retraite qui voulait bien me consacrer quelques heures. Covid oblige, on a convenu d’un rendez-vous dans son atelier et les suivants via vidéo conférence. J’étudiais ma matière. En même temps, je notais mes questions pour avoir une base de discussion. Cela m’a permis d’aller plus en profondeur que n’importe quel syllabus ou d’avoir des réponses à de bêtes questions de débutant. Ca été une expérience très enrichissante et positive puisque j’ai réussi mon examen de mécanique. Il ne me reste plus qu’à faire mon stage.