Les places sont chères à Bruxelles et on voit émerger des initiatives pour essayer de rentabiliser des emplacements qui sont pour l’instant inexploités. On l’a vu avec des parkings de supermarchés. Cette fois-ci c’est une application nommée Pasha. Le particulier qui possède un garage peut décider de le mettre en location le temps souhaité. De son côté, le conducteur utilise une application. Elle permet de repérer les garages libres. Elle envoie ensuite la plaque du véhicule sur le garage en question. Hop, tout le monde est gagnant. Sauf qu’il y a un couac.

Dans le cas qui nous occupe, il s’agit de l’emplacement devant les accès carrossable de particulier. Comme le stipule l’article 25.1.3° du Code de la route, le stationnement est interdit devant les accès carrossables sauf si l’immatriculation est reproduite de manière visible. Il faut donc comprendre, que stationner devant un garage (et même si c’est le vôtre !) c’est interdit. C’est une infraction routière qui peut être sanctionnée par la police ou une personne habilitée. La seule exception concerne le ou les véhicules dont la plaque est visible sur le garage. Dans ce cas, le stationnement est légal, réglementaire. Cela dit, si c’est autorisé, le conducteur DOIT encore se conformer aux exigences de la zone réglementée.

En zone bleue, les véhicules dont la plaque est reproduite ne doivent pas apposer le disque de stationnement. Dans ce cas, on peut très bien imaginer les propriétaires de garages monétiser leur emplacement. Tout est une question d’offre et de demande. S’il y a suffisamment de places disponibles, le service Pasha n’aura aucun intérêt sauf pour ceux qui ont besoin de stationner plus de 2 heures consécutives sans avoir la possibilité de changer leur disque.

Pour la zone payante, les choses sont beaucoup plus délicates. J’ai déjà exprimé mon étonnement sur l’obligation d’acheter un ticket alors qu’on est rangé devant son garage¹. Mais bon, la loi c’est la loi. Du coup, je ne vois pas comment les initiateurs de ce projet peuvent déclarer que c’est légal puisqu’il est en contradiction avec l’arrêté royal. Le Code de la route s’applique sur la voie publique. Évidemment, je ne suis pas juriste et j’ose espérer que ça été débatu. Donc, à moins de trouver un terrain d’entente avec la commune (elle n’a aucun intérêt à le faire, bien au contraire), si vous stationnez devant un garage avec une reproduction de plaque, vous devez vous soumettre aux règles de la commune. Et je n’imagine pas les personnes en quête de stationnement payer un ticket à l’horodateur plus une réservation Pasha. La seule possibilité ce sont les espaces privatifs situés devant les accès des entrées carrossables ou carrément à l’intérieur des garages.

On pourrait penser que le service n’est pas utile en zone non réglementée. Pourtant, il existe des endroits où le stationnement est problématique. Reste à voir comment les concepteurs vont gérer les abus. On peut très bien imaginer une réservation d’une demi-heure et occuper l’emplacement au-delà de la réservation. Ou encore, occuper l’espace en-dehors du créneau horaire imposé par le propriétaire du garage. Exclure des clients c’est jamais très apprécié quand bien même ils ont abusé.

Affaire à suivre…


¹ Lire: « Un ticket pour stationner devant son garage ».