Avez-vous déjà observé l’emplacement des feux dans les carrefours ? Où se place le feu rouge pour les voitures ? Et celui des piétons ou des cyclistes ?

Dans le premier cas, les feux à destination des automobilistes se trouve avant le carrefour. Un automobiliste regarde loin devant lui et s’assure d’être dans le mouvement. Son attention est focalisée sur sa destination. Il doit être attentif à toutes les règles de circulation et notamment les feux. Ainsi, les mâts sont placés le plus près possible du carrefour. Ce positionnement améliore sa visibilité et de permettre au conducteur de réagir par anticipation. Une fois arrivé à la ligne d’arrêt, les feux sont parfois répétés car le feu réglementaire à droite est masqué par un autre véhicule. Pour les feux cyclistes c’est un peu le même raisonnement. Certes, les cyclistes vont moins vite mais ils doivent garder une attention permanente sur la route.

Pour les feux destinés aux piétons c’est différent. À moins d’être sur le chemin du boulot ou de l’école, les piétons adoptent des comportements très aléatoires. Il peuvent rêvasser, discuter en chemin, louvoyer, s’arrêter, prendre des photos… Les possibilités sont infinies. Il leur faut quand même être attentif aux abords des carrefours et ne pas traverser les yeux fermés. Arrivés au croisement, leur attention se concentre sur le feu placé de l’autre côté du carrefour. Reste à savoir si le feu placé au loin, sur la deuxième chaussée, vaut pour le premier segment ? C’est le cas notamment des voiries séparées par un site propre ou un refuge.

feu pour piétons
feu pour piétons pour tous ?

Reste la question des feux cyclo-piétons, à savoir la représentation d’un piéton à côté d’un cycliste. On en trouve de plus en plus à Bruxelles. Ceux-là sont placés de l’autre côté de la chaussée. Il est plus confortable de regarder devant soi que de pencher la tête en attendant la phase verte.

[photo lentille cyclo piétonne]