Le mot de tirette est un belgicisme. Ce n’est ni plus ni moins qu’une fermeture éclair ou fermeture à glissière. En remontant la tirette, les dents s’intercalent les unes aux autres pour assurer une fermeture parfaite. Ce principe a été repris pour désigner les véhicules obligés de s’intercaler aux autres véhicules de la bande voisine. En mars 2014, la tirette entre dans le Code de la route avec son article 12bis. Beaucoup dénoncent l’efficacité du procédé alors qu’il a montré ses effets positifs sur le trafic.

Les conducteurs qui, lorsque la circulation est fortement ralentie, circulent sur une bande de circulation qui prend fin ou sur laquelle la circulation est interrompue, peuvent s’intercaler sur la bande libre adjacente seulement juste devant le rétrécissement. Lorsque la circulation est empêchée à gauche et à droite, priorité au véhicule de la bande de droite puis celle à gauche. — { CdR art. 12bis }

Première élément, comme le prévoit l’article 12.4,alinéa3, la tirette n’est pas considérer comme une manœuvre. La réglementation explique justement la procédure. Deuxième élément, la tirette ne vaut que quand la densité du trafic est importante. Si la circulation est normale, c’est la priorité de droite qui est d’application en cas de rétrécissement à gauche. L’article 12bis énonce deux situations différentes. Dans le premier cas, la bande de circulation prend fin. C’est souvent une situation définitive annoncée par un signal routier. Dans le second cas c’est lorsque la bande est obstruée. La situation est alors temporaire pour diverses raisons: travaux de voirie, accident etc. Enfin, le principe de la tirette n’est pas de la courtoisie mais bien une règle du Code de la route. En cas de non respect, c’est une infraction du premier degré (PI 58 euros). D’ailleurs, on peut faire remarquer que le texte n’est pas tout à fait clair car il stipule que les conducteurs peuvent alors que c’est une obligation.

La tirette s’applique-t-elle pour entrer sur une autoroute ou un rond-point bouchonné ? Bien que le trafic peut être fortement ralenti, il n’en demeure pas moins que les automobilistes qui veulent s’insérer sur l’autoroute ou un rond-point doivent céder le passage à ceux qui l’occupent. Le signal “céder le passage” est d’ailleurs systématiquement présent.