On me pose souvent la question. Pourtant, tout est indiqué à l’article 30.1.2° pour les véhicules en mouvement et l’article 31.1.1 pour l’arrêt ou le stationnement. Il en existe de deux sortes: les feux de brouillard (on dit phare anti-brouillard dans le langage courant) avant et les feux de brouillard arrière.

Feux de brouillard avant

Leur usage n’est pas obligatoire pour la simple et bonne raison qu’ils ne sont pas présents sur tous les modèles de voiture. En revanche, si vous deviez les utiliser, il faut le faire selon les cas prévus. Il en existe trois: brouillard (forcément!), chute de neige ou forte pluie. À l’exception de la pluie, il n’y a pas de précision sur l’intensité. Généralement, ils sont utilisés en même temps que les feux de route puisque la luminosité est réduite.

À l’arrêt et en stationnement en cas de brouillard, de chute de neige et de forte pluie, les feux de brouillard avant peuvent être utilisés.

Feux de brouillard arriere

Ils sont obligatoires depuis 1990. Ils servent à signaler notre présence vis-à-vis des véhicules à l’arrière. Ils doivent être utilisés uniquement dans trois cas: brouillard réduisant la visibilité à moins de 100 m, chute de neige réduisant la visibilité à moins de 100 m et forte pluie. Les conditions sont plus strictes qu’à l’avant. Il ne suffit pas qu’un léger brouillard apparaisse ou que quelques flocons de neige tombent pour allumer ses feux.

En France, le cas de la forte pluie n’est pas repris. En Belgique, on considère que c’est nécessaire en raison des projections d’eau générées à l’arrière des véhicules.

À l’arrêt et en stationnement en cas de brouillard, de chute de neige et de forte pluie, les feux de brouillard arrière peuvent être utilisés.

Précaution et sanction

Il arrive que certains automobilistes oublient d’éteindre leur phares de brouillard. C’est souvent le cas après une grosse averse ou le brouillard du matin passé. Cela peut gêner les autres automobilistes en raison de leur éblouissement. À ce jour, il n’existe pas de système automatisé qui permettrait de les dés/activer comme c’est le cas avec les feux de croisement. Soyez donc attentifs de ne pas les laisser au-delà du temps nécessaire.

Certains conducteurs se plaignent du manque de contrôle pour cette infraction routière du deuxième degré (116 €). Il faut tout de même se mettre à la place de la police. Par temps de neige, de brouillard ou de forte pluie, les accidents sont plus nombreux et plus graves qu’en temps normal. Les équipes de secours sont sur le terrain pour venir en aide aux personnes.