Michel me demande par e-mail s’il est possible de remettre à neuf un plaque de l’ancien format. Il est vrai que ces plaques se détériorent vite; le blanc vire au gris, le rouge s’efface et le vernis réfléchissant se fissure. Résultat, la plaque n’est plus tout à fait lisible.

❖ Bricolage à l’ancienne

Autrefois, il existait dans le commerce (Brico pour ne pas le citer) un vernis rouge qui correspondait au code couleur de l’époque. Avec une couche de vernis comme protection, on pouvait espérer tenir au moins 15 ans. Il suffisait de repasser sur les caractères pour leur redonner un coup de jeunesse. Actuellement, plus question de faire ça… du moins officiellement. En cas de détérioration, aucun duplicata n’est possible. Vous devez renvoyer votre plaque à la DIV. Elle vous renverra la nouvelle plaque. Qui dit nouvelle plaque, dit nouvelle identification au format européen. Et ça, c’est pas forcément la bonne nouvelle.

Les plus anciens conducteurs sont attachés à leur combinaison. Ils ont passé trente, quarante ans avec ce même numéro. Changer de plaque c’est abandonner quelque chose à laquelle on est attaché. C’est aussi mettre à jour toute une série de documents comme la carte d’accès à un espace sécurisé, la carte de riverain, prévenir l’assurance… Alors, a-t-on vraiment le choix d’abandonner son ancienne plaque ?

❖ Restaurer sa plaque par des pros

En me baladant sur un forum, j’ai trouvé une personne enchantée d’avoir retrouvé sa vieille plaque comme neuve. Elle a suivi les conseils donné et s’est rendu sur un site sérieux et reconnu. Il produit en moyenne 5.000 à 6.000 plaques belges par jour. Les techniques, les consommables et les matériaux utilisés sont les mêmes que ceux utilisés par le passé. La plaque est donc restaurée en bonne et due forme avec le niveau d’exigence requis, comme par exemple le caractère rétroréfléchissant. Je préfère ne pas donner le nom du site publiquement car le sujet est délicat.

❖ Tout cela est-il bien légal ?

Comme je l’ai dit, la seule issue pour une plaque abîmée, usée… c’est de passer par la DIV. L’article 31§2 de l’arrêté royal sur l’immatriculation spécifie bien qu’il est interdit de recouvrir la plaque d’une quelconque matière, même transparente. Cependant, si on se réfère à l’article 81.1.3 du Code de la route, le conducteur doit s’assurer du bon état de fonctionnement de sa voiture. Cette dernière doit être parfaitement entretenue. Ainsi, repeindre sa plaque dans le seul but de la rendre plus lisible est tout à fait louable (mais illégal). J’ai posé la question à la police de la route. Tous m’ont répondu ne pas verbaliser ce genre de plaque pour autant que les caractères restent lisibles¹. Même son de cloche au contrôle technique. Les opérateurs vérifient la conformité (sceau DIV), la lisibilité des caractères, l’éclairage et parfois le caractère rétroréfléchissant. Si la plaque est repeinte, cela doit être refait proprement. Cela n’empêche pas un technicien un peu trop zélé de pinailler et de le mentionner sur l’évaluation du véhicule.

plaque repeinte à la main
plaque repeinte à la main de façon artisanale et peu consciencieuse
plaque repeinte
plaque repeinte par superposition des caractères

Il reste une dernière solution, beaucoup plus coûteuse: investir 1.000 euros dans une plaque personnalisée. C’est ainsi qu’on voit des plaques personnalisées avec des combinaisons sans intérêt.


¹ Pour l’oeil humain mais aussi pour toutes les caméras embarquées ou les radars.