Le Code précise qu’en mission urgente, les véhicules prioritaires doivent allumer leur gyrophare. Ils doivent. Si la mission n’est pas urgente, ils peuvent les utiliser. Ils peuvent. Autrement dit, les bleus peuvent ou pas indiquer une urgence. En ce qui concerne la sirène, ils peuvent l’utiliser. Ils peuvent. En revanche, ils ne peuvent pas l’utiliser pour d’autres missions. La sirène alerte les conducteurs à proximité et permet de dégager le passage rapidement.

Quand la voie est libre, il ne sert à rien de réveiller tout un quartier. Dans les mêmes conditions, le conducteur préfère aussi la couper en pleine nuit. C’est aussi un confort non négligeable pour la personne transportée. Parfois, pour des raisons de discrétion, il est préférable de ne pas activer la sirène

Pour résumer, si un véhicule dit prioritaire avec un ou plusieurs bleus allumés se trouve dans votre environnement proche, il est peut-être en mission urgente. Le Code de la route ne vous oblige pas à le laisser passer mais si sa conduite est vive, il est utile de lui céder le passage. Dès le retentissement de sa sirène (dans certaines zones de police on parle de “code 3”), il devient alors pleinement prioritaire. Vous devez immédiatement dégager et céder le passage, au besoin vous arrêter conformément à l’article art. 38. C’est valable pour les conducteurs mais aussi pour tous les usagers.

Les feux bleus sans sirène

Beaucoup de personnes se demandent à quoi servent les feux bleus s’ils n’ont aucun privilège ? Ces voyants lumineux indiquent par exemple que le véhicule se rend sur le lieu d’une intervention sans gravité imminente. La situation peut évidemment changer à tout moment. Mieux vaut déjà prévenir les automobilistes de sa présence. Une fois le deux-tons allumé, chacun pourra alors prendre ses dispositions pour céder le passage. Les feux bleus actifs permettent donc de manifester sa présence et d’éveiller la vigilance des conducteurs. Aussi, ce n’est pas parce que le véhicule est dans l’urgence qu’il doit nécessairement rouler vite. L’ambulancier transportant un grand brûlé a tout intérêt à rouleur sans secouer son passager !

Mission urgente

Cette notion de mission urgente n’est définie nulle part. Elle reste à la libre appréciation des professionnels. Selon une proposition de loi, voici ce que devrait être une « mission urgente »:

  • Il faut qu’il y ait un risque imminent de perturbation de l’ordre public ou d’un dommage corporel ou matériel effectif et grave, ou bien qu’un tel dommage soit grave et imminent.
  • En fonction de la situation, on intervient à titre préventif ou on intervient pur porter assistance, ou bien on fait l’un et l’autre.
  • Le dommage doit être d’une gravité telle que la mission que le conducteur d’un véhicule prioritaire doit accomplir, prime sur l’écoulement normal de la circulation, conformément aux prescriptions légales.

Vous êtes bloqué dans une file de voitures

Certaines situations peuvent être embarrassantes et stressantes. Bloqué dans une file de voitures, l’espace de la chaussée ne permet pas la circulation de trois véhicules de front. Vous voilà bien démuni à l’approche d’une ambulance toutes sirènes hurlantes. Votre obligation de dégager le passage est matériellement impossible. Et pour l’heure, les voitures ne sont pas encore équipées d’ailes qui leur permettent de se dégager facilement. À moins d’enfreindre les règles et de monter sur le trottoir. Il y a bel et bien une infraction même si les piétons ne sont pas mis en danger. Par l’intermédiaire d’un mégaphone, une voiture de police peut vous ordonner de franchir un feu rouge par exemple. Dans ce cas de figure, l’injonction vient d’un agent qualifié et il n’y a donc pas d’infraction. Cela dit, le bon sens est toujours de mise. Vous ne peut mettre en danger les autres usagers sous le simple motif du respect d’une injonction. Le conducteur a une obligation de moyens mais pas de résultat.