Le contrôle mensuel de ses pneumatiques permet parfois d’éviter la crevaison. Avant que cela vous arrive, mieux vaut savoir ce que le constructeur a prévu. Seulement 20 % des véhicules automobiles sont équipés d’une véritable roue de remplacement. Cela vous demandera de l’huile de coude mais vous serez apte à parer à toutes les situations surtout si vous êtes sur la route des vacances et sans assurance dépannage pour l’étranger. À moins que votre roue oubliée dans votre coffre ne soit dégonflée… D’où l’intérêt de contrôler également cette roue de secours.

Roue galette

Pour gagner en espace et en poids, la roue de secours est souvent remplacée par une roue secondaire appelée roue “galette”. Elle a un diamètre plus petit. Elle sert juste à dépanner pour quelques kilomètres voire une dizaine de kilomètres, le temps de trouver un garage à proximité. Des indications d’utilisation sont présentes sur le pneu. Souvent, ces pneus de rechange sont limités en termes de vitesse maximale (80 km/h).

Pneu runflat

D’autres constructeurs ne proposent rien du tout. Il y a aucune obligation dans ce sens. À vous d’anticiper. Vous pouvez faire l’acquisition d’une roue de réserve et de l’outillage ad hoc. Une autre alternative est de choisir des runflat. Ce sont des pneus conçus pour être utilisés sur quelques dizaines de kilomètre malgré une crevaison. C’est mieux que rien mais sachez qu’ils sont assez coûteux.

Bombe anti-crevaison

On trouve dans les magasins d’accessoires auto, des kits de réparation. Un aérosol permet de colmater le pneu endommagé grâce à un enduit chimique injecté directement dans la valve. C’est rapide, propre et efficace. Et si cela vous épargne de démonter un pneu, cette alternative ne vaut que sur une courte distance et à faible vitesse (max. 80 km/h). Aussi, la bombe anti-crevaison ne fonctionne que sur des pneus tubeless, c’est-à-dire sans chambre à air. Elle est aussi inefficace à basses températures, en cas d’éclatement, un pneu entaillé de manière assez franche ou en cas de fuite sur le flanc. Il faut également vérifier que la quantité de la bombe corresponde bien au format du pneumatique. Aussi, un pneu regonflé chimiquement ne vous autorise pas une vitesse normale. Il est exclut également de rouler indéfiniment. La réparation ou le changement doit se faire assez rapidement. Chez un garagiste, il peut ne pas accepter de le nettoyer surtout si le pneu a déjà bien vécu. Le contenu de la bombe est une matière collante et pénible à retirer. Il est parfois préférable de changer de pneu carrément. Enfin, le gaz incorporé peut nuire fortement au capteur TPMS inclus dans la valve du pneu.

Assistance dépannage

Enfin, bon nombre de conducteurs font le choix d’une assurance dépannage. Cela vous évite de vous mettre à genoux par tous les temps et limite votre exposition au danger surtout sur les routes à haute vitesse ou très fréquentées. En fonction du lieu et de votre assureur, le dépannage peut être rapide.