La règle générale veut que l’usage de la voie publique doit rester… public. On ne peut compléter les signaux routiers au bénéfice d’intérêts particuliers. Par exemple, aucun nom ou numéro de plaque ne peut figurer sur des signaux de stationnement. Le Code de la route autorise déjà le stationnement à certaines catégories. Un certain nombre de cas sont repris dans les signaux E9.

  • E9b: motos, voitures, voitures mixtes, minibus
  • E9c: camionnettes, camions
  • E9d: autocars
  • E9h: véhicules automobiles de camping
  • E9i: motos
Un additionnel au E9a permet de définir des cas particuliers: véhicules de police, véhicules postaux, taxis, corbillards, corps diplomatiques, véhicules communaux, PMR, véhicules dont la MMA est supérieure à 3,5 tonnes, véhicules électriques, etc. 

En zone bleue ou payante, le gestionnaire peut prévoir des parties de la voie publique aux titulaires de la carte de riverain, des cartes communales de stationnement, des cartes pour voitures partagées, etc. Ces utilisateurs bénéficient alors de facilités de stationnement en termes de durée, d’emplacement réservé, de non payement à l’horodateur ou d’autres modalités. 

Sur terrain privé, même si celui-ci est accessible au public, il est possible de réserver des emplacements de stationnement à des véhicules en particulier (plaque affichée) ou à des catégories de personnes (la clientèle ou le personnel d’un magasin).