Les pneus, le sujet revient chaque année avec l’arrivée de l’hiver. Essayons de voir ce qui existe et ce qui est obligatoire en Belgique.

❖ Profondeur minimale

Avant de parler de profondeur, je rappelle que les pneus sont tubeless; c’est-à-dire qu’ils sont dépourvus de chambre à air. L’article 81.4 nous apprend que « la profondeur des rainures principales des bandages pneumatiques ou semi-pneumatiques doit être d’au moins 1,6 mm à l’exception des cyclomoteurs pour lesquels la profondeur des rainures principales doit être d’au moins 1 mm ». Autrement dit, une voiture, un camion, une moto… c’est 1,6 mm. Il faut bien avouer que cet article date un peu. Primo, nulle part on explique la différence entre des bandages pneumatiques et des bandages semi-pneumatiques. Secundo, la profondeur minimale évoquée n’est plus du tout au goût du jour ! Sur un pneu neuf, les rainures se situent environ à 8,5 mm. Certes, le témoin d’usure se situe bien à cette limite de 1,6 mm mais – dans un souci de sécurité – le garage change à 4 mm. Les problème commencent à partir de 3 mm de profondeur et le professionnel vous conseillera de les changer. Attendre que la gomme arrive au niveau des témoins d’usure n’est pas une bonne idée, pire c’est même dangereux.

Il existe plusieurs possibilités pour vérifier la profondeur des rainures. Il existe des petites jauge en plastique. On peut aussi faire le test de la pièce d’un euro: l’épaisseur de la couronne dorée correspond au minimum exigé. Le mieux est de demander conseil à son garagiste. C’est important de ne pas attendre la dernière minute pour agir. Avec des pneus quasi lisses, la distance de freinage s’agrandit. Le risque d’accident est multiplié par 3 sur une chaussée glissante.

❖ Les inscriptions sur un pneu

Une question bateau à l’examen écrit pour les futurs moniteurs, autant bien la connaître. Elle sert également lors du contrôle du véhicule pour la partie pratique. Après, je doute vraiment de la nécessité de les apprendre par cœur. Elles seront plutôt utiles à votre mécanicien en cas de changement de roue par exemple. À noter que les informations présentes sur le pneu peuvent varier. J’ai repris ce qui est le plus fréquent.

Informations sur le pneu

  • 195: largeur du pneu, exprimé en mm
  • 60: hauteur du flanc par rapport à la largeur du pneu, exprimé en %
  • R/B/D: type de construction de la carcasse du pneu: soit radial, diagonal ceinturé ou diagonal
  • 16: diamètre de la jante, exprimée en pouces (1 pouce = 2,54 cm)
  • 89: indice de charge, poids que le pneu peut supporter (89 = 580 kg) à multiplier par 4 roues
  • H: indice de vitesse maximale (H = jusqu’à 210 km/h)
  • M+S: pneu Mud + Snow (boue + neige)
  • DOT 1813: date de fabrication, ici la 18e semaine 2013 (durée de vie moyenne: ± 5 ans)

❖ L’étiquetage: norme européenne obligatoire

L’étiquetage actuel date de 2012. L’objectif est de mettre en avant certaines particularités de façon simple et explicite pour le consommateur. Le premier critère concerne la résistance au roulement. Il est noté de A à G. Un pneu avec une faible résistance au roulement est moins énergivore et consomme moins de carburant.  C’est un paramètre important car la consommation entre les deux extrêmes est énorme. Le deuxième critère est le capacité de freinage en temps de pluie ou sur sol mouillé. Le troisième critère est la nuisance sonore. L’échelle va de A à G. Un pneu mal côté entraîne une augmentation de la distance de freinage qui peut aller jusqu’à 18 mètres. Le troisième critère concerne le niveau sonore. Un pneu bruyant possède 3 ondes contre 1 onde pour un pneu pratiquement silencieux. La valeur est également exprimée en décibel. Naturellement, certains évaluations doivent être relativisées. Un pneu hiver fait plus de bruit mais a une excellence adhérence par temps de pluie.

pneu, étiquette
étiquetage, norme européenne

❖ Carcasse diagonale ou carcasse radiale ?

Les élèves au permis de conduire théorique nous rapportent cette question relative à la structure des pneus: « Peut-on placer des pneus à structure radiale à l’avant et des pneus à structure diagonale à l’arrière ? » C’est en effet interdit alors qu’on peut (mais ce n’est pas conseillé) des diagonaux à l’avant et des radiaux à l’arrière. La question de la structure du pneu n’est plus d’actualité puisqu’on ne vend pratiquement plus de diagonaux, à l’exception des véhicules de collection ou des véhicules agricoles. Pour les voitures, les radiaux sont plus fiables et sont apposés sur les deux essieux (avant et arrière).

Dispositions des pneus

❖ Vérifier la pression des pneus

En tant que bon père de famille, il est important de veiller au bon fonctionnement et l’entretien de son véhicule. Cela passe notamment par la vérification de la pression des pneus. Au fil du temps, ils se dégonflent naturellement. Un contrôle doit être fait au minimum une fois par mois et dès que le véhicule est chargé ou s’apprête à faire un long voyage. Il se fait toujours à froid, c’est-à-dire quand le moteur n’a pas roulé (ou moins de 3 km à faible allure). En roulant, la gomme se chauffe et augmente la pression à l’intérieur du pneu. Respectez les indications techniques pour connaître la bonne pression. Elle est exprimé en bar. Un bar correspond à 1 kg par cm². Des ‘pompes’ sont accessibles (gratuitement ou payantes) aux stations service.

❖ Sous-gonflage et sur-gonflage

Rouler avec des pneus sous-gonflés ou sur-gonflés présentent des risques.

Un pneu sous-gonflé:

  • augmente la consommation de carburant en raison d’une + grande zone de frottement
  • augmente le risque d’éclatement
  • usure précoce des bords de la bande de roulement
  • risque de dérapage élevé

Un pneu sous sur-gonflé:

  • usure rapide du centre de la bande de roulement
  • le pneu fléchit difficilement
  • risque de déchirure si le pneu heurte une bosse ou un trou

On conseille de vérifier la pression des pneus chaque mois. La majorité des conducteurs le font que très rarement alors qu’il suffit de le faire de temps en temps une fois à la station. Ils préfèrent demander à leur garagiste lors d’un entretien. On peut aussi vérifier soi-même la pression à l’aide d’un manomètre. Inutile d’attendre que le témoin lumineux d’alerte s’allume pour réagir.

❖ Conservation

Les pneus se gardent entre 5 et 7 ans. Ils ne doivent jamais dépasser les 10 ans, même s’ils ne sont pas montés. Les pneus non montés doivent se conservés dans un local aéré et à l’abri des conditions extrêmes. Les pneus sans jantes ne peuvent pas être empilés les uns sur les autres ni suspendus. Ils doivent rester debout avec une rotation d’un quart de tour tous les mois. Les pneus avec jantes se conservent à plat les uns sur les autres ou suspendus. Ils ne doivent jamais être stockés debout.