Pas simple pour un juriste d’élaborer des lois qui conviennent à toutes les situations. Alors que la situation initiale était claire, l’homme de loi a vite fait de tomber dans des explications alambiquées. On en arrive à un résultat contreproductif puisqu’on ne comprend plus l’esprit initial de l’interdiction. Seuls les étudiants pour le permis de conduire apprennent la règle de l’interdiction de tripler et l’oublient aussitôt le permis en poche.

En soit, tripler n’est pas interdit. Tout dépend des véhicules à dépasser et notamment de leur encombrement sur la route. L’idée est d’interdire le dépassement d’un véhicule large qui dépasse lui-même un autre véhicule large. Seulement voilà, un véhicule large n’est pas toujours celui qu’on croit. Dans la première partie de l’article, les cyclistes sont les seuls à pouvoir être dépassés. Dans la deuxième partie, on y ajoute les cyclos et les motos. On en arrive à des situations ubuesques où il est interdit de dépasser une moto qui dépasse une voiture. En revanche, on peut dépasser une voiture qui dépasse une moto.

Le dépassement par la gauche d’un véhicule attelé, d’un véhicule à moteur à deux roues ou d’un véhicule à plus de deux roues est interdit lorsque le conducteur à dépasser dépasse lui-même un véhicule autre qu’une bicyclette, un cyclomoteur à deux roues ou une motocyclette à deux roues, sauf lorsque la chaussée comporte trois bandes de circulation ou plus affectées à la circulation dans le sens suivi. — { CdR, art. 17.2.4° }

Dans certains livres de vulgarisation, la règle est détaillée sur une page entière avec des tableaux, des mises en situation, des illustrations… Tant de complications qui rendent l’énoncé indigeste et donc inconcevable dans la pratique.