Stop à cette dénomination ridicule ! D’une exception, on en a fait une appellation. Il faut bel et bien un permis pour conduire ces quadricycles à moteur, au plus grand étonnement des futurs jeunes conducteurs. Autrefois qualifiés de ‘pot de yaourt’, il faut bien reconnaître que les modèles récents n’ont plus rien avoir avec ceux d’antan. On se souvient tous du modèle cubique de l’Aixam reconnaissable à 3 km et la risée de tous avec son bruit de tondeuse à gazon. Malgré tout, ces nouvelles voiturettes de luxe répondent à une certaine demande.

Alors, permis ou pas de permis ?

Le conducteur doit posséder et être porteur d’un permis de conduire AM (anciennement A3) ou celui d’une automobile (B). Il y a une seule exception; les conducteurs nés avant le 14/02/1961. Il faut donc 57 ans et plus pour rouler sans permis, ce qui limite fortement le nombre d’utilisateurs. Les autres, devront avoir 16 ans minimum ou 18 ans s’il y a un passager à bord. La police de la route contrôle régulièrement ces jeunes conducteurs souvent en défaut de permis.

Réglementation

Pour rappel, il s’agit bien d’un cyclomoteur à quatre roues, de classe B, dont le moteur ne dépasse pas les 50 cm³. La vitesse est limitée à 45 km/h sur une route en palier. Sa masse à vide (tare – carburant) est de 450 kg maximum. Cette voiturette n’est pas soumise au contrôle technique. Depuis fin mars 2014, son immatriculation est obligatoire¹. Un soulagement pour les forces de l’ordre qui peuvent désormais verbaliser en cas de stationnement irrégulier, d’incivilité ou d’infraction [un rattrapage est prévu pour les modèles plus anciens]. Comme tout véhicule à moteur, une assurance est aussi obligatoire. La ceinture de sécurité est imposée. Enfin, aucune indication ne doit être apposée pour annoncer aux véhicules suiveurs qu’ils s’agit d’un cyclomoteur. Pas un macaron à coller sur la vitre arrière ou une plaque de vitesse avec la mention “45”.

Bien évidemment, l’accès aux autoroutes et routes pour automobiles leur est interdit. Cela veut dire qu’elles ne peuvent emprunter les tunnels de la petite ceinture de Bruxelles par exemple. À chacun d’adapter ses trajets. Dans les agglomérations, leur limitation de vitesse ne pose pas de problème, bien au contraire. En revanche, rien ne les empêche de rouler sur des routes limitées à 70, 90 et même 120 ! Au mieux, on ose espérer que les conducteurs ne sont pas suffisamment inconscients pour emprunter ces routes. L’article 10.2 prévoit de ne pas gêner les autres conducteurs par une vitesse anormalement réduite. Il me semble que cet article vise plutôt le comportement volontaire que celui de la limitation technique du véhicule.


¹ On parle bien ici d’une immatriculation officielle, pas d’une plaque de support.

Formation et examen

La première chose à faire c’est de réussir son permis théorique. Ensuite, une formation en auto-école agréée est obligatoire. Elle dure au minimum 4 h: 2 h sur terrain privé et 2 h en circulation. L’auto-école vous remet un certificat d’enseignement pratique. Vous pouvez alors passer l’examen dans un centre agréé. Il se compose de deux épreuves. La première est l’épreuve préliminaire qui sert à vérifier si vous maîtriser l’emplacement et l’utilisation des commandes du véhicule. La seconde concerne les 4 manœuvres sur terrain privé: stationnement à droite entre deux véhicules, marche arrière en ligne droite, marche avant dans un garage et demi-tour dans une rue. Reste à savoir si l’auto-école ou le centre d’examen dispose de ce type de cyclo.

Manoeuvre pour les permis AM quadricycle

Le site du Goca.be est particulièrement bien fait pour connaître toutes les étapes du permis de conduire. Lire la fiche pour le permis AM 2 roues et plus de 2 roues.

Avantages

Ces modèles réduits séduisent avant tout pour leur ressemblance avec les voitures ordinaires de petit format. Un design soigné et quelques options identiques. Pas besoin de (re)passer son permis B. C’est également une alternative pour les déchus, avec un permis probatoire (limité à certaines catégories). Autre avantage, et pas des moindres, ils permettent d’être à l’abri du mauvais temps grâce à un habitacle. Leur aspect compact est un atout pour le stationnement et les manœuvres. Une facilité de conduite appréciée par les jeunes et les moins jeunes. L’habitacle réduit rend difficile les places assises à l’arrière mais cet espace peut être récupéré pour le transport de marchandises. Au niveau du budget, outre le prix d’achat, on note des frais de fonctionnement assez faibles, pas de contrôle technique ni de taxe de mise en circulation, et une prime d’assurance très limitée. On peut encore citer les économies à la pompe ou celles dues aux excès de vitesse. Enfin, ces quadricycles donnent à certains le sentiment d’être plus en sécurité par rapport à d’autres véhicules à deux roues.

Inconvénients

Prix exorbitant en raison de leur production en petit nombre. Il faut compter entre 10.000 € et 15.000 €. Pour le même prix, on a une vraie citadine offrant des performances, un confort et un espace d’un tout autre niveau. Comportement plutôt brutal au démarrage et lors des freinages, sonorité désagréable, reprise très limite, confort très relatif, vitesse limitée à 45 km/h.

Et la sécurité ?

Ces engins sont souvent critiqués par les médias à propos de leur sécurité rudimentaire. Et ce n’est pas les résultats de crash-test qui diront le contraires. L’organisme de tests en matière de protection des usagers (Euro NCAP) a testé 4 véhicules de marque différente. Trois ont été notés d’une seule étoile sur les cinq possibles. Un score médiocre et donc une protection marginale en cas d’impact. Et contrairement aux voitures, ces véhicules limités à 45 km/h n’ont pas besoin de réussir les crash-test avant d’être vendus et utilisés sur la voie publique. Les constructeurs sont contraints de respecter une masse à vide de 450 kg. Du coup, le choix est porté vers des matériaux plus légers comme la carrosserie. Les éléments de sécurité active ou passive sont zappés ou disponibles en option: ABS, ESP, airbag.

Les cas d’accident sont rares mais quand ils surviennent ils sont plutôt dramatiques¹. Leur limitation de vitesse et les trajets courts limités en milieu urbain expliqueraient ces chiffres. En 2014, 49 accidents corporels ont impliqués une voiture ‘sans permis’. Ces accidents ont fait une soixantaine de blessés et deux morts. C’est finalement très peu même si on ne connait pas le nombre global de ces voiturettes. Mais, est-il raisonnable de comparer ces véhicules d’appoint avec des bolides ordinaires&nbs;? Les parents des jeunes acquéreurs les comparent plus volontiers à un cyclomoteur à deux roues de même cylindrée. Autre point noir: leur encombrement sur la chaussée donne l’illusion d’une voiture ordinaire. De loin, ils n’apparaissent pas différents des autres. Les automobilistes peuvent être surpris de l’écart de vitesse et freiner brusquement.


¹ En février 2019, une jeune adulte de 18 ans et une adolescente perdaient la vie à bord d’une Aixam électrique. Le conducteur de l’autre véhicule, une Volvo XC60, n’a été que très légèrement blessé. À titre de comparaison, le SUV pèse près de 2 tonnes contre 440 kg pour la voiturette.

Public cible

À la base, ces engins bridés se destinent aux personnes âgées qui n’ont jamais conduit. Suite à la perte d’un conjoint par exemple, elles se retrouvent isolées. Cette alternative leur permette de retrouver une mobilité et une indépendance. Se pose la question de leur capacité à conduire sur la voie publique à un âge avancé. On sait que plus les années passent, moins on devient franc au volant. En revanche, on sait aussi que ces personnes sont souvent plus prudentes, consciencieuses et se limitent à des trajets réduits dont elles finissent par connaître par cœur. Par ailleurs, les seniors sont très peu représentés dans les statistiques d’accidents.

En France, où sont produits la plupart des modèles, le phénomène prend de l’ampleur. Ce sont surtout les post-adolescents dont les parents ont le budget. Ce sont aussi des personnes qui sont en suspension ou annulation de permis de conduire suite à la perte de points. Chez nous, le phénomène prend de l’ampleur même s’il reste marginal. On peut apercevoir ces voiturettes aux abords des écoles du Brabant wallon ou du Brabant flamand.