Avant ma formation, les marques en damier, je n’y avais jamais fait attention. Quand j’ai découvert leur existence, j’ai été surpris de leur omniprésence à Bruxelles. C’est fou comme l’œil humain peut faire abstraction de plein de choses. Bon, alors, ça sert à quoi ces petits carrés blancs ? Comme d’habitude, voyons ce que le Code de la route nous en dit.

Marques en damier – Elles délimitent l’espace réservé aux véhicules des services réguliers de transport en commun sur un site spécial franchissable ou l’espace qui relie les sites propres et les sites spéciaux franchissables entre eux. — { CdR, art. 77.7 }

À mon sens, cette définition est un peu confuse. Difficile d’apporter des corrections car il faudrait savoir de quoi on parle exactement. Pour ma part, je ne vais me baser que sur l’observation du terrain. Ce n’est pas une référence fiable mais ça me donnera un point de comparaison. Tout ce qui va suivre ne sont que mes observations.

Dans une première partie de la définition, on nous parle d’une délimitation. J’ai bien regardé et de fait, il y a une zone en damier en début de zone réservée aux transports en commun.

Début d'une zone en damier sur site spécial franchissable

On nous parle de site spécial franchissable sans évoquer les sites propres et les bandes bus. Pourtant, on trouve des cas où ces marques apparaissent. Ci-dessous l’avenue Charles-Quint, fraîchement repeinte en juillet 2018 pour y accueillir une piste cyclable centrale et une bande bus.

Zone en damier au début d'une bande bus

Ensuite, on nous parle de la liaison entre deux sites propres. Dans un grand nombre de cas, on peut voir le marquage. Il sert à indiquer que le franchissement est autorisé mais aussi à attirer l’attention du conducteur de la présence éventuelle d’un bus, un engin de 50 tonnes lancé à toute allure. À nouveau, on trouve des cas où il est totalement absent. Il peut être effacé par le passage incessant des automobilistes ou il n’a tout simplement jamais existé.

Zone en damier entre deux sites propres

Au-delà de ces cas pré-cités, il existe d’autres cas de figure. Par exemple, aux intersections avec une voie publique. Que ce soit un carrefour ou une allée vers un parking de supermarché. Je suppose que ce marquage sert à attirer l’attention des gens qui franchissent le site spécial franchissable. À tout moment, il peut y avoir un bus, un taxi, des vélos…