Alors que la ceinture de sécurité est une avancée indéniable en sécurité routière, il y en a toujours pour contester son usage ou remettre en question certaines évidences. Pour rappel, c’est une infraction du 2e degré (110 €). 

1. On risque la noyade avec la ceinture

Lors de l’introduction du port obligatoire de la ceinture, les bruits les plus fous ont circulé à propos des dangers du port de la ceinture. Il semblait impossible de sortir vivant d’un véhicule en feu ou suite à un plongeon dans l’eau. Pourtant, la ceinture de sécurité vous évite d’être projeté dans le pare-brise ou le siège avant pouvant causer des lésions, un traumatisme crânien, l’inconscience ou la mort. Même s’il semble assez peu probable de tomber dans le canal, l’impact du choc vous donnera peu de chance de vous en sortir. Et quand bien même on pourrait imputer le décès d’une personne au port de la ceinture, combien de vie n’a-t-elle pas sauvée ?

2. La ceinture est dangereuse pour la femme enceinte

Contrairement aux idées reçues, la ceinture de sécurité ne présente aucun risque pour le fœtus. Jadis, les femmes enceintes pouvaient déroger à la règle et ne pas la porter. Ce n’est plus le cas. Il est plus sécurisant pour les (futures) mamans de la mettre. Bien évidemment, la sangle ventrale se place sous le ventre, à hauteur des hanches. De cette manière, c’est le bassin qui absorbe les chocs éventuels en cas d’accident.  L’airbag frontal protège aussi bien la maman que le futur bébé. Dans tous les cas, ne pas mettre sa ceinture occasionne des dommages bien plus sévères pour le bébé et la maman. Toutefois, on peut noter qu’il existe des guides pour adapter la ceinture.

Si la maman conduit, il est bon d’être attentif à certains symptômes qui peuvent apparaître dès les premiers mois et sont susceptibles de représenter en danger sur la route: grande fatigue, nausées, vertiges… Au niveau comportemental, la femme enceinte peut être plus irritable, nerveuse ou sensible à l’agressivité des autres conducteurs. Tout ces éléments peuvent contribuer à un stress inutile. Mieux vaut les éviter si possible et limiter les trajets longue distance.

Pour ne pas être obligé de porter la ceinture, il est toujours possible de faire une demande de dérogation auprès de son médecin traitant. Une fois ce document accepté, la maman doit en aviser son assureur.

3. Les sangles de sécurité limite les mouvements

Certains prétendent que la ceinture de sécurité les gêne dans leurs mouvements. Ils ont en partie raison. Être attaché n’offre pas une totale liberté. Pour limiter la gêne, on veillera à bien ajuster la hauteur de la sangle transversale. Le pire serait de la faire passer sous l’aisselle comme le font parfois les enfants lors de longs voyages. En cas d’accident, l’impact sera transmis aux côtes plutôt qu’à l’épaule. De nature plus fragile, les côtes ont un risque de fracture plus important. Qui plus est, le choc peut provoquer des lésions des organes thoraciques (comme les poumons) avec un risque d’hémorragie, voire de décès.

4. La ceinture est plus efficace à grande vitesse

Faux ! C’est plutôt l’inverse. À faible vitesse, c’est-à-dire en-dessous des 100 km/h, elle bloque l’énergie cinétique et empêche le corps d’être projeté vers l’avant. La ceinture est moins efficace à des vitesses élevées. Vos organes sont soumis, eux aussi, à la loi de l’inertie. Ils continueront donc à se déplacer pendant un moment et seront projetés contre votre cage thoracique et votre paroi abdominale. Des parties de votre cerveau risquent de s’écraser contre votre crâne, entraînant éventuellement une paralysie à vie.

Cela dit, on a coutume de dire que la ceinture réduit les dégâts d’un niveau. Là où vous seriez probablement mort dans un accident sans ceinture, vous restez en vie avec de graves séquelles en portant la ceinturon. Là où un accident sans ceinture occasionne de graves séquelles, vous vous en sortez avec des séquelles superficielles grâce à cette sécurité passive.

5. “J’ai des airbags, pas besoin de ceinture”

Le coussin de sécurité, communément appelé airbag ne remplace pas la ceinture mais la complète. S’il n’est pas combiné à la ceinture, il peut vous blesser voire vous tuer. En cas de collision, le coussin s’active à la vitesse de 300 km/h. Sans ceinture, l’énergie cinétique propulse votre corps vers l’avant qui risque de passer à côté de l’airbag. Non seulement la ceinture vous maintient dans la bonne position, mais elle ralentit également la trajectoire de votre corps vers l’airbag afin d’éviter que vous ne le heurtiez lors de son déploiement. Contrairement à l’airbag qui se dégonfle immédiatement après la collision, l’action de la ceinture se poursuit pendant toute la durée de l’accident. Indispensable surtout en cas de collisions en chaîne ou de tonneau.

6. À partir de 12 ans, les enfants peuvent voyager à l’avant

Autrefois, l’enfant devait avoir atteint l’âge de 12 ans pour occuper le siège avant. Oubliez ça ! Le Code de la route se réfère à la taille de l’enfant et indirectement au poids. Que l’enfant ait un jour, 5 mois, 10 ans ou même 17 ans, il doit aller dans un dispositif de retenue pour enfant si sa taille est inférieure à 135 cm. Au-delà, il peut voyager à l’arrière ou à l’avant avec la ceinture de sécurité. Toutefois, les associations en prévention routière conseillent de laisser l’enfant dans un dispositif adapté jusqu’à 1,50 m pour autant qu’il ne dépasse pas la limite de poids (36 kg pour le groupe 3).

7. La place la plus risquée est celle du passager

Selon Vias, la place la plus mortelle dans une voiture n’est pas celle du passager mais celle du conducteur en raison du volant et des pédales. la plus sûre est celle du milieu à l’arrière. Pour ça, il faut un véhicule équipé d’une ceinture complète à trois points de fixation et non pas la ceinture abdominale sur le siège central. Le plus important est avant tout de respecter le siège adapté au poids et à la taille de l’enfant. C’est aussi mieux de placer son enfant à l’arrière mais souvent les parents préfèrent garder un œil sur leur progéniture surtout s’il est turbulent. C’est aussi plus facile pour les voitures sportives deux portes.

8. Les petits trajets sont sans risque

Un grand nombre de personnes prétendent ne pas avoir besoin de la ceinture en raison du trajet relativement court. C’est l’une des raisons très courante pour ne pas la porter. Pourtant, dès 20 km/h le risque de dommage est réel. Comme je l’ai dit, la ceinture est la plus efficace à faible allure. De plus, à faible allure, il y a peu de chance que l’airbag s’active.

Rampe crache test de la police

Pour vous convaincre de l’importance de l’impact, il vous suffit de tester la rampe crache test de la police. Le siège ne descend qu’à 15 km/h et pourtant le choc est franc. Il suffit de voir la tête des passagers lors de la percussion pour s’en rendre compte.

9. La ceinture n’est pas obligatoire à l’arrière

Il est temps de mettre vos connaissances à jour ! La ceinture est obligatoire pour toutes les personnes aussi bien ceux à l’avant qu’à l’arrière. Sans ceinture, le passager placé à l’arrière représente un risque pour lui et pour les autres. En effet, en raison de la force cinétique, il sera projeté à l’avant comme un boulet de canon. Et ne comptez pas sur le passager voisin pour le retenir. Avant même de se rendre compte de l’accident, l’enfant sans ceinture aura la tête dans le parebrise, le dossier du passager ou le tableau de bord. Il est parfois même éjecté hors du véhicule. Le temps de réaction est d’une seconde, c’est-à-dire beaucoup trop lent pour intervenir à temps. Il en va de même pour tous les objets mobiles: un skateboard placé sur la plage arrière, des animaux non attachés, etc.

Port de la ceinture à l'avant
95%
Port de la ceinture à l'arrière
85%
Heureusement, le port de la ceinture est globalement bien respecté. Selon Vias, 95 % des passagers à l’avant la portent alors qu’ils n’étaient que 56 % en 2003. À l’arrière, ils sont 85 % des passagers à l’arrière. On remarque également que le comportement du conducteur a une réelle influence sur ses passagers. Sans ceinture, les autres ont tendance à limiter.

10. La police n’est pas obligée de porter la ceinture

Oui et non. Il est vrai que dans les faits, on peut se demander s’ils ne sont pas au-dessus des lois. Pourtant, le Code de la route a été modifié dernièrement à leur égard. Selon l’art. 35.2.1.3°, ils sont obligés de porter la ceinture même en cas d’urgence, sauf dans l’environnement immédiat du lieu d’intervention ou lorsqu’ils transportent une personne qui présente une menace potentielle.

Voici les 6 exceptions au port de la ceinture en 1975, à la première version du Code de la route:

  1. les conducteurs qui effectuent une marche arrière
  2. les conducteurs de taxis, lorsqu’ils transportent un client
  3. les livreurs, lorsqu’ils chargent ou déchargent des marchandises successivement à des endroits situés à courte distance l’un de l’autre
  4. les conducteurs et passagers dont la taille n’atteint pas 1, 50 m
  5. les femmes enceintes en possession d’un certificat médical; ce certificat doit mentionner la date d’expiration de la dispense
  6. les personnes qui sont en possession d’une dérogation délivrée, en raison d’une contre-indication médicale grave (…)

11. En cas d’accident, le conducteur est tenu responsable pour non port de la ceinture d’un des passagers

C’est un peu compliqué. En principe, c’est la personne (majeure) qui est responsable du non port de la ceinture. En cas de contrôle routier, chaque passager détaché reçoit respectivement un PV. Toutefois, il est important de connaître les incidences en cas d’accident. Imaginons que le conducteur négocie mal un virage et s’écrase contre un arbre. Le passager sans ceinture est grièvement blessé. Le ministère public poursuit le conducteur pour coups et blessures involontaires. Il devrait poursuivre le passager pour non port de la ceinture mais comme le conducteur est condamné pour coups et blessures, il va devoir supporter tous les frais du passager.