Ah, les centristes ! C’est le nom donné aux conducteurs qui se réservent la bande du milieu sur autoroute. Peu importe leur vitesse et le trafic, ils mettent un point d’honneur à “squatter” le milieu. Ils ne vont pas trop vite que pour occuper la voie rapide et ils ne vont pas trop lentement que pour mériter la première bande. Ils ont le don d’exaspérer les autres conducteurs. C’est d’ailleurs la première cause d’irritabilité en Belgique selon Vias. Mais alors, pourquoi agissent-ils ainsi ?

Les raisons de se réserver la bande du milieu

La règle générale de la place des conducteurs sur la chaussée veut qu’ils se tiennent le plus à droite de la chaussée. Dans ce cas de figure, il suffit de rouler à plus de 90 km/h pour rencontrer de nombreux camions à dépasser. Rester au milieu épargne ces habitués à effectuer la manœuvre de dépassement. J’ai même entendu une automobiliste dire que la première bande sur autoroute était réservée aux camions. Et en parlant de ces poids lourds, le flot continu sur la première bande entraîne inévitablement une usure précoce de cette partie de la chaussée. L’état du revêtement est souvent sujet aux ornières ou aux nids-de-poule. Les mauvaises langues diront que c’est surtout vrai en Wallonie. Autre raison, la bande de droite est aussi le lieu où jaillissent d’autres véhicules pour s’insérer sur l’autoroute. Et c’est d’autant plus vrai en Belgique qui compte de nombreuses bretelles contrairement à la France par exemple. Il est donc plus confortable de se tenir au milieu. On entend aussi souvent les centristes se défendre en disant qu’ils roulent bien souvent à la vitesse maximale, à savoir 120 km/h. Aucun autre conducteur ne devrait être amené à les dépasser. Enfin, il y a l’habitude ou la distraction.

Que dit le Code de la route ?

Commençons par rappeler la signification de la ligne blanche discontinue: interdiction à tout conducteur de la franchir sauf pour dépasser. Deuxio, l’autoroute étant une chaussée, les conducteurs sont obligés de rouler sur la bande de droite. Il y a des exceptions comme celle concernant le signal du choix de la direction (F15) ou lorsque le trafic est dense. On suppose ici qu’on se trouve dans un cas ordinaire: autoroute, 2 X 2 bandes au minimum, circulation fluide.

Tout conducteur circulant sur la chaussée, doit se tenir le plus près possible du bord droit de celle-ci… — { CdR, art. 9.3.1 }

Le dépassement est un mouvement, c’est-à-dire une procédure détaillée dans le Code. L’article 16.6 précise que le conducteur doit reprendre sa place à droite aussitôt qu’il peut le faire sans inconvénient. On note l’exception du dépassement successif. En fonction de sa vitesse, des distances, de l’encombrement de la première bande, on peut être amené à rester sur la bande du milieu le temps d’effectuer un dépassement ou un dépassement successif. Ensuite, on est obligé de se rabattre. Il n’y a pas d’autres précisions. On fait donc appel au bon sens¹ de chacun. Il ne faut pas non plus tomber dans le travers inverse qui consiste à faire d’incessants va-et-vient entre la bande de droite et la bande centrale pour se rabattre entre des camions plus ou moins proches.

Véritable danger sur la route

Outre le non respect des règles, c’est surtout et avant tout dangereux ! Le papy centriste à 100 km/h peut provoquer des réactions épidermiques des autre conducteurs et augmente donc le risque d’accident. Le dépassement par la gauche est obligatoire. Ainsi, un automobiliste à 110 km/h sur la première bande devra faire un changement de bande puis un dépassement. Cet enchaînement encombre inutilement la bande rapide. Avec l’effet pervers d’avoir une troisième bande saturée alors que la première est totalement dégagée.

On trouve parfois des campagnes de sensibilisation comme ici sur les autoroutes flamandes.

affiche sur les centristes (Flandre)

Infraction très peu contrôlée

Un dépassement par la droite est une infraction du 2e degré alors que ne pas se rabattre à droite est une infraction du premier degré. Autrement dit, l’infraction qui forcerait un dépassement par la droite est plus lourdement sanctionné. Deux députés flamands avaient proposés en février 2018 de repenser la gravité de l’infraction. Cela dit, aux regards d’un texte de loi assez flou, on se demande bien sur quels critères la police va se baser pour définir le comportement d’un centriste.

Mise à jour (avril 2019): ce type d’infraction est montée d’un niveau. Désormais, ceux qui tardent à se rabattre écoperont d’une amende de 116 euros.


¹ La notion du bon sens est toute relative. Pour s’en rendre compte, il suffit d’écouter les témoignages.