C’est l’occasion de rappeler quelques règles. Le cavalier est un conducteur à part entière tout comme l’automobiliste. Il doit donc se conformer au Code de la route. S’il se déplace en tenant à la main sa monture, il reste conducteur tout comme celui qui pousse sa moto à bout de bras. Il doit constamment être en mesure d’effectuer toutes les manoeuvres qui lui incombent et doit pouvoir maîtriser sa monture. Les chevaux sont des animaux peureux par nature et ils peuvent prendre peur par un bruit soudain (survol d’un avion, un gros camion qui dépasse). Ils peuvent circuler à deux de front. Le galop est interdit en agglomération.

Il est vrai qu’en ville, on croise assez peu ces équidés à l’exception des jeunes cavaliers proches du Bois de la Cambre ou de la Forêt de Soignes ou la police montée. Le cheval a plusieurs avantages notamment celui de créé du lien social avec la population. C’est moins le cas quand le canasson fait ses besoins sur la voie publique au désarroi de certains riverains. Que l’animal appartienne à la police ou à un particulier, c’est le même Règlement. Dans la section prévue aux animaux, on trouve bien un article sur le ramassage des déjections mais cela concerne plutôt les chiens. À ma connaissance, je ne connais pas d’endroits spécialement prévus pour les besoins d’un cheval.

Le maître ou le gardien de l’animal est tenu de ramasser de manière adéquate les déjections de l’animal sur l’espace public, à l’exception des endroits spécialement prévus et aménagés à cet effet. — { RGP général, article 115.§1 }

On trouve un article plus général dans le Code de la route.

Il est défendu de gêner la circulation ou de la rendre dangereuse, soit en jetant, déposant, abandonnant ou laissant tomber sur la voie publique des objets, débris ou matières quelconques, soit en y répandant de la fumée ou de la vapeur, soit en y établissant quelque obstacle. — { CdR, art. 7.3 }

Comparativement à des déjections canines, les crottins sont plutôt rares et ils se désagrègent plus rapidement. Malgré tout, sur les chemins souvent fréquentés, on peut comprendre l’agacement des riverains. Raison pour laquelle, certaines communes se creusent les méninges pour trouver une solution. Les sacs à crottins sont adaptés aux calèches mais ne conviennent pas à un cheval seul. La commune d’Etterbeek a choisi une alternative: faire suivre les chevaux par des ouvriers pour nettoyer les déjections.