Il existe de nombreux feux sur une automobile et on a vite fait de s’en mêler les pinceaux, surtout quand il s’agit de définir leur utilisation respective. Précision importante, les feux ont une double fonction: à mieux voir mais aussi et surtout à être vu par les autres usagers. On a souvent tendance à l’oublier.

Commençons par des généralités: tous les feux à l’avant du véhicule doivent être de couleur blanche (ou jaune selon le Code même si ce n’est plus vraiment d’actualité). À l’arrière, les feux sont rouges à l’exception du feu de recul. Les feux de côtés sont oranges.

À l’avant…

  • feux de position (obligatoire)
  • feux de stationnement (facultatif)
  • feux de croisement (obligatoire)
  • feux de route (obligatoire)
  • feux diurnes (obligatoire sur les nouveaux véhicules depuis 2010)
  • feux de brouillard avant (facultatif)
  • feux d’encombrement si la largueur du véhicule dépasse 2,5 m (obligatoire)

À l’arrière…

  • feux rouges de position (obligatoire)
  • feux de stationnement (facultatif)
  • feux de stop 2 + 1 (obligatoire)
  • feux de marche arrière (facultatif)
  • feu(x) de brouillard (obligatoire)
  • feux d’encombrement si la largueur du véhicule dépasse 2,5 m (obligatoire)

Les feux de position

Feux de position Ce sont les premiers feux à être enclenchés via les comodos. Par la même occasion, la plaque d’immatriculation à l’arrière est éclairée. Ils servent à indiquer la position du véhicule sur la chaussée. En raison de leur faible intensité, on les utilise uniquement à l’arrêt ou au stationnement dès que son véhicule ne peut être vu à une distance approximative de 200 m. L’agglomération, généralement bien éclairée, ne convient pas à ces feux. On les réserve aux chaussées et les accotements sans éclairage public.

Feux de stationnement

Certains véhicules – notamment de marque allemande – sont équipés de feux de stationnement à gauche et à droite. Ils s’utilisent dans les mêmes conditions que pour les feux de position mais uniquement en agglomération et sans remorque. Ils s’enclenchent moteur éteint via le clignotant en fonction du côté de stationnement sur la voie publique: à gauche pour le stationnement à droite et inversement.

Les feux de croisement

Les feux de croisement portent bien leur nom. Ils nous permettent de croiser d’autres conducteurs sans les éblouir. Tout le contraire des puissants feux de route. Comme le montre le témoin lumineux vert, ils sont dirigés vers le bas, sur une distance comprise entre 25 et 40 mètres. Leur utilisation est bien définie par la loi. Primo, entre la tombée et le lever du jour. Secundo, en toutes circonstances où il n’est plus possible de voir distinctement jusqu’à une distance d’environ 200 m (pluie, brouillard, neige ou d’autres circonstances comme la fumée d’un incendie).

Sur certains modèles de voiture, les feux de croisement s’allument automatiquement au démarrage. Cela s’explique par une luminosité plus faible dans les pays du Nord. D’autres pays – comme la Suisse – obligent les conducteurs à rouler avec des feux diurnes ou les feux de croisement en permanence. La Suisse évoque une raison de visibilité.

Chose aberrante dans le Code, on peut utiliser ses feux de croisement à l’arrêt ou en stationnement par temps de brouillard, de chute de neige ou de forte pluie. Moyen efficace pour ne plus avoir de batterie !

Feux de route

Ce sont ce qu’on appelle les “grands phares”. Leur portée est longue, près de 100 mètres. Ils permettent d’éclairer une large surface. Idéal sur les autoroutes qui ne sont pas éclairées et où il y a très peu de trafic. Très puissants, ils ont par contre le désavantage d’éblouir les usagers venant à contre-sens ou ceux qui nous précèdent.

Tout comme les feux de croisement, on les utilisent dans deux cas: entre la tombée et le lever du jour et en toutes circonstances où il n’est plus possible de voir distinctement jusqu’à une distance d’environ 200 mètres. Cependant, le Code a listé les cas où ils doivent être éteints:

  1. À l’approche d’un usager (piéton, cyclomoteur, automobiliste, véhicules sur rails…) venant en sens inverse. Pour bien faire, on attend pas qu’il soit relativement près ou qu’il fasse un appel de phare. Il vaut mieux anticiper pour ne pas l’éblouir.
  2. À l’approche d’un véhicule sur rails ou d’un bateau (péniche) dont le conducteur ou le pilote risque d’être ébloui.
  3. Lorsqu’on suit un véhicule à une distance de moins de 50 m, sauf en cas de dépassement.
  4. Lorsque l’éclairage de la chaussée est continu et suffisant pour permettre au conducteur de voir distinctement jusqu’à une distance d’environ 100 m.

Feux de brouillard

Les feux de brouillard avant sont au nombre de deux. De couleur blanche (ou jaune), tous les véhicules n’en sont pas équipés. Raison pour laquelle ils ne sont pas obligatoires. Ces feux sont placés le plus bas possible de la carrosserie, sous le pare-choc pour éclairer la route par-dessous la nappe de brouillard, essentiellement en largeur et très peu en profondeur. Ils éclairent sur une courte distance mais avec une forte intensité lumineuse. Ils sont souvent délaissés sur les versions sportives (BMW M3, Renault Megane RS) pour permettre une meilleure aération du compartiment moteur. Les feux de brouillard avant peuvent être allumés en cas de brouillard, chute de neige ou de forte pluie. Le témoin lumineux vert symbolise une lumière à travers le brouillard.

Feux de brouillard arrièreOn compte un ou deux feux de brouillard arrière. De couleur rouge, il peut être unique ou double, intégré dans les blocs des feux arrières ou séparé comme sur la Peugeot 208. Ils permettent d’annoncer la présence du véhicule dans le brouillard aux conducteurs suiveurs. Contrairement aux feux de brouillard avant, ils sont obligatoires et doivent être allumés en cas de brouillard, de chute de neige réduisant la visibilité à moins de 100 mètres ainsi qu’en cas de forte pluie. Contrairement à la France, on considère que les projections d’eau générées par les pneus en cas de forte pluie forment un épais nuage d’eau à l’arrière du véhicule et réduit considérablement la visibilité.

La réglementation parle de “feux de brouillard” plutôt que de “feux anti-brouillard”.

Feux diurnes

Depuis février 2011, les nouveaux modèles de voiture et de camionnettes doivent être équipés de feux diurnes. Disposés sur les extérieurs avant, ils prennent des formes diverses selon les constructeurs. Ils sont de plus faible intensité que les feux de croisement. La plupart sont des leds pour leur économie d’énergie. Leur objectif est d’assurer une meilleure visibilité du véhicule. Les feux de jours sont allumés automatiquement au démarrage du moteur. Ils s’éteignent lorsque les feux de brouillard avant, les feux de croisement, les feux de route s’allument, sauf si ces derniers sont utilisés pour donner des avertissements lumineux intermittents à de courts intervalles.

Feux diurnes

Évaluer les conditions météo et les distances

J’ai parlé des 50, 100 et 200 mètres. Comment faire pour évaluer ces distances lors de la conduite ? Mieux vaut être prudent et allumer ses loupiotes dès que le doute s’installe. Il n’y a pas d’infraction dans ce cas. D’ailleurs, il est autorisé de rouler avec ses feux de croisement en pleine journée. Enfin, sachez que sur autoroute, la distance entre deux lampadaires est de 50 mètres.

Autres feux

On peut encore parler d’autres feux. Faire la distinction entre les feux rouges qui s’allument à l’arrière dès l’activation des feux de position, de croisement ou de route. Ils sont au nombre de deux positionnés à l’extérieur et un feu rouge central. Les feux stop sont les mêmes feux mais l’éclairage s’intensifie lorsque le conducteur actionne le frein de service. Les feux d’éclairage de la plaque d’immatriculation s’activent automatiquement avec les feux de position, les feux de croisement ou les feux de route. Les feux indicateurs de direction sur les extérieurs. Des répétiteurs peuvent être placés sur les rétroviseurs. Le feu blanc de la marche arrière avertit les autres usagers que le véhicule effectue ou est sur le point de faire une marche arrière. Les feux de détresse est le fonctionnement simultané de tous les indicateur de direction et signalent un danger. Enfin, on peut encore évoquer les feux d’encombrement destinés à signaler le contour du véhicule et les feux chercheurs qui servent à éclairer des objets placés dans les environs du véhicule.

Feux stop, Porsche