Pour déterminer une limitation de vitesse, certains pays scandinaves font confiance au bon sens de la majorité des conducteurs. Plutôt que d’imposer une vitesse arbitraire ou non adaptée, ils ont choisi de prendre la valeur observée par 85 % des conducteurs en situation normale, circulation fluide et sans que l’endroit présente un danger particulier. Le V85 serait alors un argument plus recevable vis-à-vis des contrevenants, plutôt que d’invoquer toujours l’hypothétique accident mortel ou le respect strict de la loi dénué d’esprit critique. Cela suppose aussi de reconnaître que les radars sont aussi un moyen de renflouer les caisses de l’État.