Arrêté à un carrefour, vous avez sans doute déjà aperçu ces feux en forme de croix grecque (+). Placés à gauche de l’autre côté du carrefour, ils annoncent à quelle phase (verte, orange ou rouge) se trouve le feu à destination de la circulation venant en sens inverse. Une information intéressante pour les conducteurs désireux de tourner à gauche et obligés de céder le passage.

Étrangement, on ne rencontre aucune référence dans le Code de la route alors qu’ils devraient trouver leur place aux côtés de la flèche verte d’évacuation (art. 62). Celle-ci s’allume (phase verte) uniquement lorsque la circulation en sens inverse est à l’arrêt (phase rouge). Elle se trouve isolée du feu tricolore. A l’inverse, les feux en forme de croix sont proche du feu tricolore et possèdent 3 états: vert, orange, rouge.

Cette cohabitation des deux types de feu crée parfois la confusion dans le chef des usagers. Un choix devrait être fait pour ne garder qu’un type de feu. La flèche d’évacuation donne l’impression à certains qu’ils sont prioritaires alors que ce n’est pas le cas. Les feux en croix sont plus neutres. Grâce aux trois phases, on comprend mieux à quoi ils correspondent.

Sur l’illustration ci-dessous, le véhicule (A) s’engage dans le carrefour et se positionne à gauche de la moitié de la chaussée en vue de tourner à gauche. Engagé dans l’intersection, il n’est plus capable de voir l’état du feu. À ce moment, la flèche verte est éteinte. Cela signifie que la circulation dans son sens est toujours ouverte. Une fois que la flèche verte s’allume, elle lui indique que la circulation est passée au rouge et qu’il peut alors évacuer le carrefour sans risque de voir surgir un véhicule. C’est donc une information et cela ne lui confère aucune priorité. En imaginant que le véhicule (B) en sens inverse grille le feu rouge, si (A) s’engage et percute (B), les torts seront partagés.

Flèche verte d'évacuation

Le Code du gestionnaire illustré fait mention de ce feu en croix mais déconseille son implémentation au profit de la flèche d’évacuation. Les auteurs du même ouvrage nous annoncent même leur disparition. Oh… vraiment ? Comment faire disparaître un élément alors qu’il n’est pas repris dans la documentation officielle ? Pour rappel, il a vu le jour à titre expérimental à la fin de l’année 1976. À ce jour, il jalonne toujours nos carrefours près de 40 ans plus tard. À en juger les nouveaux aménagements des carrefours, les responsables de voirie ont plutôt la volonté de privilégier les feux en forme de croix.