Les signaux routiers ordinaires doivent satisfaire à un certain nombre de critères de conception, notamment être rétroréfléchissants. Ainsi, lorsque le conducteur les croise en plein nuit, il peut les distinguer très nettement. À noter que la présence d’un signal routier n’est pas forcément d’application. Si en pleine canicule, on vous prévient d’une zone de verglas, il n’y a pas lieu de paniquer. Tout comme le signal du survol d’avions à basse altitude. Il est présent toute l’année mais il est fort probable que vous n’en croisiez aucun. Le responsable de la signalisation vous prévient pour ne pas vous saisir si ça devait arriver. C’est une question pratico-pratique. Il n’est pas possible de les installer uniquement pour les heures/jours/périodes concernés. De plus, certains n’interviennent qu’en second plan. C’est le cas des signaux de priorité alors que le feu est parfaitement fonctionnel. Ils sont présents pour palier à une défaillance technique éventuelle. À ma connaissance, les seuls qu’on plante le moment venu ce sont les combinaisons annonçant du smog.

Il existe toute une série d’autres cas où le gestionnaire utilise une signalisation lumineuse.

❖ Les abords d’école

Les automobilistes se plaignent souvent du manque de cohérence de la signalisation avec la réalité du terrain. Le plus bel exemple ce sont les abords d’école. Eh oui, un dimanche à deux heures du matin, il y a peu de chance de tomber sur des enfants qui jouent au ballon et pourtant la règle s’applique. Pour palier à ce problème, on a imaginé un signal lumineux. Allumé, il est actif et inversement. C’est un excellent moyen de faire respecter le signal car l’automobiliste sait que sa phase active est temporaire et ciblée aux moments critiques. Le problème c’est que les communes (surtout du côté francophone) ont manqué de moyens et il était plus simple et moins coûteux d’installer des panneaux en tôle.

"abords d'école" lumineux
“abords d’école” lumineux allumé

❖ Des dispositifs éclairés variables

Afin de rendre certains panneaux plus apparents, le responsable de voirie installe des versions lumineuses. On en trouve de deux sortes. Les premiers sont intégrés dans un panneau sur fond sombre pour rendre plus apparent le message. Ils ressemblent aux panneaux à message variable mais on voit clairement que les points de lumière sont prévus que pour un seul signal. Du coup, ils ne sont pas conformes dans la forme (CdR, art.5) et n’ont pas de valeur légale. Raison pour laquelle, il est installé à côté du signal fixe comme sur les exemples ci-dessous. Certains sont allumés ou clignotent en permanence. C’est le cas par exemple quand il y a un changement de signalisation. Le fond noir permet de mieux faire apparaître le message. Dans le cas du Bois de la Cambre, le signal s’allumait alternativement en complément du fixe.

circulation dans les deux sens, signal éclairé
signal sur fond noir allumé en alternance
signal lumineux
signal lumineux, phase éteinte
signal lumineux en complément
signal lumineux en complément

Il est parfois difficile de comprendre la raison de sa présence. Comme le cas repris ci-dessous. Nous sommes à Charleroi, en sortie d’autoroute (A503). Le feu tricolore fonctionne correctement. Nous sommes en pleine journée et le Stop est éclairé. En cas de panne du feu, il peut alors prendre la relève et s’éclairer… sauf si c’est une panne de courant qui relie les deux systèmes dans lequel cas, ces signaux éclairés n’ont pas d’intérêt.

signal STOP allumé
signal STOP éclairé alors que les feux fonctionnent

L’article 65.3 concerne la signalisation à message variable. C’est-à-dire un dispositif qui permet d’adapter le contenu en fonction des circonstances. On stipule que les symboles et les inscriptions de teinte sombre peuvent figurer en teinte claire et inversement. La couleur rouge du symbole d’un signal et de sa bordure doit être concervée. Ces panneaux ont la même signification que leurs homologues statiques.

a31 sur un signal à message variable
a31 sur un signal à message variable

Ci-dessous, les signaux sont repris dans leur forme originale. Un dispositif lumineux est intégré. Dans la première illustration, le signal s’allume uniquement à l’approche du tram et se trouve éteint le reste du temps. Par temps ensoleillé, il perd son intérêt. Dans les autres exemples, les panneaux sont éclairés en permanence… du moins quand ils sont en état de fonctionner.

signal éclairé à l'approche du tram
signal allumé à l’approche d’un tram (chée de Waterloo)
signal "passage pour piétons" éclairé
signal “passage pour piétons” éclairé
accès interdit, excepté stib
C3, en principe éclairé en permanence
signal de priorité de droite
signal de priorité de droite

On peut encore noter les signaux éclairés par l’intérieur, comme illustré en bannière de cet article.